Le Palais de justice de Pontoise renvoie une photographie  d’une certaine réalité  française : la séparation des « races ». Selon les us et coutumes d’une audience judiciaire, les victimes ne se mélangent pas avec les proches des accusés. Une règle appliquée strictement dans ce procès de peur d’un embrasement général : « En raison du contexte houleux de ce dossier, nous avons séparé les parties civiles et le public », explique l’huissier de la Cour d’assises.  Résultat : la salle est séparée en deux parties. A gauche  les victimes et à droite les proches, les amis, le tout contrôlé par un important service d’ordre. Un spectacle en noir et blanc.

Les parties civiles ne représentent que des policiers et les proches des accusés sont d’origines africaines. Un choc des cultures qui frappe même des journalistes étrangers : « Vous  critiquez notre système communautariste et vous criez haut et fort que le système intégrationniste est le modèle à suivre. Or quand je rentre dans la salle, c’est l’apartheid que je vois », ironise John Stewart, journaliste indépendant pour plusieurs radios anglaises. Une situation qui ne choque pas les acteurs concernés : « Franchement, je ne pourrais pas m’asseoir avec les proches des accusés. De crainte de recevoir une machette », craint un policier victime lors des émeutes de Villiers-le-bel.

Un discours similaire dans l’autre camp : « Depuis la mort de Larhamy et Moushin (les deux adolescents morts dans la collision de leur mini-moto avec une voiture de police en 2007, drame déclencheur d’émeutes à Villiers-le-bel, ndlr), la police ne nous protège pas. Elle nous fait du mal », accuse un jeune venu assister au procès. Une méfiance qui se lit dans les regards pendant les audiences : « La salle est respectueuse. Mais on sent la tension des deux côtés. Il y a de temps en temps des regards menaçant qui se croisent. Il suffit d’une étincelle pour que cela explose entre Blancs et Noirs », constate Juliette Bruneau, journaliste pour la presse locale. Un « spectacle » en noir et blanc qui se poursuit à l’extérieur.

« Lors d’une interruption d’audience, chacun se regroupe selon sa couleur de peau. C’est vraiment flagrant. D’un côté les Blancs en costume cravate ou en sportswear, et de l’autre, des jeunes Noirs en mode banlieue et des personnes âgées en boubou », remarque une avocate qui plaide dans une autre affaire. Une réalité de la société française qui rejaillit aussi dans le prétoire : les avocats (défense et partie civile), les magistrats, le jury populaire sont en grande partie de couleur blanche et les accusés sont d’origines africaines.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022