Ce que je voudrais pour 2009, c’est que le RER B arrive à l’heure, sans problèmes techniques et sans grèves à répétition, parce que j’en ai plus qu’assez de courir constamment dans les couloirs du métro, après être restée bloquée plus d’une vingtaine de minutes entre La Plaine-Stade de France et Gare du nord… J’aimerais ne plus devoir partir de chez moi une heure et demie à l’avance en prévision d’éventuel retard alors qu’en temps normal 20 minutes me suffisent pour atteindre le centre de Paris. Et aussi ne plus être au bord de la crise de nerfs les jours d’examens en découvrant qu’il y a grève sur la ligne B Nord.

Il n’y a pas si longtemps, j’avais examen de l’autre coté de la banlieue, à 8 heures. En arrivant à la gare d’Aulnay-sous-Bois, vers 7 heures moins dix du matin, j’ai eu la merveilleuse surprise de découvrir que tous les trains étaient terminus Paris-Nord, autrement dit, qu’il y avait grève sur la ligne – la plus régulière d’Ile-de-France. Presque en larmes, je guette l’écran qui affiche puis efface les horaires. Il est 7 heures et toujours rien. Soudain un train imprévu fait son entrée en gare, les portes s’ouvrent et une cohorte de gens s’entasse ; il nous reste encore 5 stations avant le terminus à Gare du Nord et les wagons sont bondés !

Tout en essayant de me rassurer, en regardant l’heure sur mon téléphone toutes les 10 secondes, je ne peux m’empêcher d’imaginer mon retard à l’examen, me voyant déjà descendre dans un silence effroyable les nombreuses marches de l’amphi. Dans le train c’est l’horreur : à toutes les stations le nombre d’usagers tentant de rentrer dans le RER ne cesse d’augmenter. 

Après 10 minutes de stationnement à La Courneuve, un homme agacé – et avec un fort accent africain – s’énerve et crie : « On ne peut donc jamais arriver à l’heure au travail avec ce train quoi ! » Non en effet on ne peut jamais, depuis que j’ai repris les cours, et sans exagérer, il ne s’est jamais passé une semaine sans qu’il n’y ait eu de problèmes. Le plus « amusant », c’est de voir les gens ne jamais s’habituer à arriver encore en retard au travail. Dans ces cas-là, il y a ceux qui appellent immédiatement leur boss et les autres qui au bout d’une trentaine de minutes se fendent d’un culte : « Je suis désolé mais j’aurai quelque peu de retard, je suis bloqué dans le RER B. »

Pour en revenir à moi, j’ai fini par arriver à l’heure : il était 7h57 précisément.

Axelle Adjanohoun

Axelle Adjanohoun

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021