Cela fait un mois que la rédaction d’Europe 1 est sans nouvelles de ses deux journalistes, enlevés le 6 juin dernier. Un comité de soutien a été crée, il se réunissait aujourd’hui devant la radio.

Rue François Ier, dans le VIII arrondissement parisien, devant Europe 1, à moins une cinquantaine de journalistes s’étaient rassemblés sur le parvis. Un agent d’entretien de la ville de Paris s’interroge : « vous savez ce qu’il se passe ? ». Une femme lui répond « ce sont deux journalistes français qui ont été pris en otage en Syrie. Un rassemblement de solidarité est organisé ». Il n’a jamais fait attention aux deux affiches placardées sur les murs d’Europe 1. Des vendeuses sorties tout droit des boutiques chic du quartier acquiescent. « Pourtant je travaille ici tous les jours. Ce qui est sûr, c’est qu’elles ont été affichées il y a moins d’une semaine. Avant, il y avait Bruce Toussaint et Laurent Ruquier, je me souviens ».

Didier François, grand reporter pour Europe 1 et Edouard Elias, jeune photographe de 22 ans ont été interceptés par des hommes armés alors qu’ils étaient en route vers Alep, dans le nord-ouest de la Syrie. Un comité de soutien réuni autour de Florence Aubenas, Serge July et Karen Lajon, s’est mis en place. Et le premier rassemblement de solidarité s’est tenu ce mardi 9 juillet à 15 heures devant Europe 1.

Pour Serge July, Didier François « est une personne qu’on connaît ». « ‘On’ c’est l’ensemble de l’équipe. On n’est pas seulement touché, on est bouleversé ». Florence Aubenas a failli ne pas monter sur l’estrade pour s’exprimer. Elle se souvient de l’époque où elle se trouvait dans la même situation en Irak et où Didier François lui avait manifesté son soutien. « J’ai failli ne pas prendre la parole. L’idée que ce soit moi qui la prenne aujourd’hui pour manifester mon soutien à Didier, c’est quelque chose de très émouvant ».

Le comité de soutien rappelle qu’en « Syrie, au moins 24 journalistes de toutes nationalités et au moins 58 citoyens journalistes syriens ont été tués. Un comité se crée aujourd’hui au nom de Didier et Edouard. Il ne s’agit pas d’oublier les autres, mais, au contraire, de défendre à travers eux tous les journalistes aujourd’hui otages en Syrie et dénoncer une situation qui confisque la liberté d’informer ».

L’information a été rendue officielle après es pourparlers de rigueur entre les autorités Française et la Syrie. Maintenant « il faut une médiatisation, dit Florence Aubenas. C’est fondamental pour les droits de l’homme ».

Mimissa Barberis

Un comité de soutien

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022