Voilà maintenant un peu plus de 10 ans que le Portugal a dépénalisé la drogue. A l’instar des Pays-Bas où fumer du cannabis dans des lieux biens précis n’est pas considéré comme illégal, le Portugal ne sanctionne pas pénalement la consommation de toutes drogues. Paradoxalement bien que la consommation soit légale il est toujours interdit de la vendre. Néanmoins, concernant les consommateurs le gouvernement a préféré passer par un procédé de suivi psychologique, moins répressif.

Tout comme les différents Etats formant l’Union Européenne, les personnes que j’ai rencontrés ont leur avis propre sur la question. Certaines personnes considèrent que les politiques actuelles de lutte contre la drogue sont justifiées et n’ont pas lieu d’être changées. Tandis que la majorité des personnes que j’ai rencontrée ont un avis plus mitigé sur la question et ne sont pas contre la légalisation des drogues douces mais gardent une mauvaise image des drogues dures.

Myriam, 24 ans de Paris

« Je suis profondément contre la légalisation des drogues quelles qu’elles soient. Pour moi il n’y a pas de drogues douces ou dures, il y a des drogues néfastes pour le corps tout comme la cigarette qui devrait également être interdite. Si on légalise le cannabis on verra le même type de problème que l’on peut constater avec la cigarette ; tel que le non respect de la loi Evin qui interdit de fumer dans les lieux publics. Et cela incitera les gens à consommer en banalisant l’impact sur la santé. S’il s’avérait que le cannabis soit légalisé un jour ce ne serait, selon moi, que pour des raisons économiques afin de récupérer le marché de la drogue en imposant des taxes pour soit disant inciter les gens à ne plus fumer. »

Medhi 29 ans, Créteil

« Pourquoi pas. L’effet n’est pas bien différent que celui de l’alcool concernant la dépendance et l’état physique après consommation. Je sais que dans certains Etats d’Amérique le cannabis est considéré comme un médicament qu’on peut prendre avec une ordonnance. On pourrait faire la même chose en France afin de mieux contrôler. La drogue dure c’est un autre problème. L’addiction n’est pas la même. C’est plus dangereux de prendre de l’héroïne que du fumer un joint. Et j’ m’inquiète aussi sur la répercussion que cela pourrait avoir sur le trou de la sécurité sociale. »

Eric 28 ans, Montreuil

« Je pense que légaliser le cannabis ne serait pas une mauvaise idée. Il suffit de voir les Pays-Bas et leurs coffee shop. La consommation de cannabis est réglementée ; il y a des lieux pour ça, c’est très encadré et il n’y a aucun problème. On n’entend pas parler de dealer. Concernant les grosses drogues comme la cocaïne ou l’héroïne je sais pas si les légaliser serait positif. Déjà interdites on voit des junkies le soir dans les parcs ils font peurs à voir, alors si on autorise je crains que ça empire. »

Consommateur X alias Afroman, Nanterre

« Personnellement je m’en fous ! Ca ne change rien pour moi. Dans tout les cas je continuerai de fumer. Après si c’est moins chère bah ! Ouais (rigole) ça m’arrangerait. Après pour les drogues dures, moi, perso, je ne touche pas à ça. Ce n’est pas mon délire. Mais les gens ils font ce qu’ils veulent. Les lois pour ce genre de choses ça ne sert à rien. »

Les avis sont donc partagés et les argumentations variées. Stéphane Gatignon Maire de Sevran prônait dans son livre intitulé « pour en finir avec le dealer » en 2011 la légalisation du cannabis,  prenant exemple sur le Portugal qui a vu sa consommation baisser de moitié en dix ans. Et si comme disait Oscar Wilde, La meilleure façon de résister à la tentation était finalement d’y céder ?

J. Parat

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022