Voilà maintenant un peu plus de 10 ans que le Portugal a dépénalisé la drogue. A l’instar des Pays-Bas où fumer du cannabis dans des lieux biens précis n’est pas considéré comme illégal, le Portugal ne sanctionne pas pénalement la consommation de toutes drogues. Paradoxalement bien que la consommation soit légale il est toujours interdit de la vendre. Néanmoins, concernant les consommateurs le gouvernement a préféré passer par un procédé de suivi psychologique, moins répressif.

Tout comme les différents Etats formant l’Union Européenne, les personnes que j’ai rencontrés ont leur avis propre sur la question. Certaines personnes considèrent que les politiques actuelles de lutte contre la drogue sont justifiées et n’ont pas lieu d’être changées. Tandis que la majorité des personnes que j’ai rencontrée ont un avis plus mitigé sur la question et ne sont pas contre la légalisation des drogues douces mais gardent une mauvaise image des drogues dures.

Myriam, 24 ans de Paris

« Je suis profondément contre la légalisation des drogues quelles qu’elles soient. Pour moi il n’y a pas de drogues douces ou dures, il y a des drogues néfastes pour le corps tout comme la cigarette qui devrait également être interdite. Si on légalise le cannabis on verra le même type de problème que l’on peut constater avec la cigarette ; tel que le non respect de la loi Evin qui interdit de fumer dans les lieux publics. Et cela incitera les gens à consommer en banalisant l’impact sur la santé. S’il s’avérait que le cannabis soit légalisé un jour ce ne serait, selon moi, que pour des raisons économiques afin de récupérer le marché de la drogue en imposant des taxes pour soit disant inciter les gens à ne plus fumer. »

Medhi 29 ans, Créteil

« Pourquoi pas. L’effet n’est pas bien différent que celui de l’alcool concernant la dépendance et l’état physique après consommation. Je sais que dans certains Etats d’Amérique le cannabis est considéré comme un médicament qu’on peut prendre avec une ordonnance. On pourrait faire la même chose en France afin de mieux contrôler. La drogue dure c’est un autre problème. L’addiction n’est pas la même. C’est plus dangereux de prendre de l’héroïne que du fumer un joint. Et j’ m’inquiète aussi sur la répercussion que cela pourrait avoir sur le trou de la sécurité sociale. »

Eric 28 ans, Montreuil

« Je pense que légaliser le cannabis ne serait pas une mauvaise idée. Il suffit de voir les Pays-Bas et leurs coffee shop. La consommation de cannabis est réglementée ; il y a des lieux pour ça, c’est très encadré et il n’y a aucun problème. On n’entend pas parler de dealer. Concernant les grosses drogues comme la cocaïne ou l’héroïne je sais pas si les légaliser serait positif. Déjà interdites on voit des junkies le soir dans les parcs ils font peurs à voir, alors si on autorise je crains que ça empire. »

Consommateur X alias Afroman, Nanterre

« Personnellement je m’en fous ! Ca ne change rien pour moi. Dans tout les cas je continuerai de fumer. Après si c’est moins chère bah ! Ouais (rigole) ça m’arrangerait. Après pour les drogues dures, moi, perso, je ne touche pas à ça. Ce n’est pas mon délire. Mais les gens ils font ce qu’ils veulent. Les lois pour ce genre de choses ça ne sert à rien. »

Les avis sont donc partagés et les argumentations variées. Stéphane Gatignon Maire de Sevran prônait dans son livre intitulé « pour en finir avec le dealer » en 2011 la légalisation du cannabis,  prenant exemple sur le Portugal qui a vu sa consommation baisser de moitié en dix ans. Et si comme disait Oscar Wilde, La meilleure façon de résister à la tentation était finalement d’y céder ?

J. Parat

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021