Dimanche soir. La voiture file sur le périphérique. Au volant : Mohammed Djeroudi. Assis à sa droite, Radouane Berrioka. Moi derrière. On s’en va récupérer Manine, la compagne de Pierre-André, qui a pris une chambre à L’Holiday Inn de la porte de Saint-Ouen, à deux pas de l’hôpital Bichat, où son mari a été opéré. On doit aller ensuite gare de Lyon pour y prendre Clotilde, la fille de Pierre-André, qui arrive de Berne, via Genève, au TGV de 20h21. J’entame la discute sur un fait qui me turlupine. Je m’adresse à Radouane: « Tu as déjà remarqué que dans les reportages, quand un journaliste cite un Arabe, il ne mentionne la plupart du temps que son prénom, pas son nom. D’ailleurs, ce n’est pas tant qu’il ne veuille pas écrire son nom en entier, c’est plutôt que la personne avec qui il parle ne tient pas à le donner. Tu ne trouves pas ça bizarre? » Radouane a une explication:  » Dire le nom, c’est engager toute la famille. Et ça, c’est beaucoup. C’est pourquoi le jeune préfère ne fournir que son prénom. » Discrétion, respect, honneur. « L’honneur de la tribu », c’est le titre d’un livre de Rachid Mimouni, écrivain algérien mort en exil au Maroc dans les années 1990. Si j’étais prof en France, je ferais lire Mimouni et d’autres auteurs maghrébins à mes élèves. Puisque ces histoires-là, universelles et écrites en français, appartiennent à l’histoire des Arabes de France, elles appartiennent à l’ensemble des Français, non ?

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022