Un rendez-vous en Amérique en plein cœur de la capitale, mercredi soir. A quelques encablures de la Place de la Concorde, au 39 rue du Faubourg Saint-Honoré, une trentaine de personnes apprêtées jusqu’au ongles attend l’ouverture de l’imposant portail. Ça doit être ici. Avec notre tenue décontractée en jean’s-baskets, les regards nous rendent un peu importunes. On s’en fout, du moment qu’on est invitées.

Les portes s’ouvrent. Déclinaison d’identité. Vérification sur la liste par le vigile hype. « Vous n’êtes pas sur la liste. Vous avez dû vous tromper, ici, c’est une soirée très privée ». Oups. Ça doit être la porte d’à côté. Re-vigile : « C’est pour la soirée des anciens d’Oxford mesdemoiselles ? » On a bien eu un cahier de la marque Oxford une fois au collège, mais non. Encore raté.

Pas loin, un 4×4 noir blindé fait son arrivée, entre au numéro 41 de la rue. Plus de doute, c’est bien là que l’ambassadeur des États-Unis en France remet le Prix Washburne de l’innovation pour l’égalité des chances. Une première. Pour remettre cette récompense, Charles H. Rivkin a choisi Lilian Thuram. En tant qu’ancien champion du monde. Mais surtout en tant que Président de la fondation  Éducation contre le racisme, « un vrai champion de l’égalité » selon Rafik Mansour, le showman de la soirée, accessoirement conseiller culturel de l’Ambassade des États-Unis. Tout un symbole.

Dans le grand art américain, la cérémonie est orchestrée à la minute près. L’ambassadeur Rivkin ponctue son discours en insistant sur la diversité, « regardez autour de vous  dans la salle, il y a tant de forces ! » Lilian Thuram poursuit, « il n’y a pas longtemps, je suis allé au lycée Louis-Le-Grand puis j’ai enchaîné dans un lycée de la banlieue parisienne. Là-bas, les élèves que j’ai rencontrés ne croient pas qu’ils peuvent y arriver car ils n’ont pas d’exemples. Je leur ai dit que tout est possible et que l’égalité se gagne, elle ne se donne pas ».

Casino et la fondation d’entreprise KPMG récompensés. Premier lauréat de la soirée, le Groupe Casino, représenté par Mansour Zoberi. Impliqué dans une politique de diversité au travail depuis deux décennies, le Groupe Casino est notamment salué pour son dispositif de « Testing sollicité ». Mis en place il y a quatre ans, cette mécanique évalue sa manière de recruter et teste, dans les faits,  la pratique ou non de discrimination à l’embauche.

« C’est un grand symbole pour moi que d’être ici, dans cette grande maison, moi, petit-fils d’immigré » lance Mansour Zoberi. Il salue  la présence de Fleur Pellerin « mon ex-camarade au club XXIe Siècle», et toute nouvelle ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique.

Après les photos officielles, en aparté, il confie sa fierté pour « cette reconnaissance de tout le travail accompli. » Et résume son parcours : « J’ai quitté le social qui m’avait donné un contrat non-pérenne. Je suis passé dans l’économie et on m’a donné un CDI, voilà… »

Concrètement, qu’apporte le Prix Washburne ? « C’est symbolique et moral, précise l’ambassadeur Charles H. Rivkin, beaucoup d’entreprise agissent pour l’égalité et personne ne le sait. C’est une fierté pour nous d’être les premiers à récompenser ces actions. Nous voulons donner l’exemple aux autres. » Il cite l’entreprise Fedex, « ils font des choses incroyables à Roissy ! » Lilian Thuram s’éclipse. Les invités s’échangent cartes de visites et promesses de rendez-vous. Retour en France.

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021
  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021