Ils étaient pompiers, âgés de 20 et 23 ans. Ils voulaient se rendre utiles en sauvant des vies. Ils y ont laissé la leur. Vendredi matin, en se levant, ils ne savaient pas que ce serait le dernier jour de leur existence. C’est ça qui est triste et injuste. Ce sont mes petites voisines qui sont venues me dire qu’il y avait eu un incendie à « Riquet ». Elles n’ont pas arrêté de pleurer depuis. La caserne des pompiers se trouve le long du canal de l’Ourcq et on les voit tous les jours quand on sort les enfants pour les amener à l’école. Alors, ça crée des liens, on les aime bien nos pompiers. Ils sont beaux et sympas, en plus d’être généreux. 

C’est une voiture pleine d’essence qui a pris feu à cause d’un chalumeau, dans un garage automobile du 19ème arrondissement de Paris, du coté de la rue Riquet. Quelqu’un a appelé les pompiers qui sont arrivés aussitôt, la caserne étant à deux pas. Mais  pendant l’intervention, l’un des plafonds du garage s’est effondré sur deux d’entre eux, et ce fut le drame, l’un est mort « sur le coup », l’autre de ses blessures. Je me suis rendue sur place et j’ai discuté avec des témoins du drame, qui soupçonnent une origine criminelle de l’incendie. Voici leur version : « N’importe quel garagiste sait que l’on ne doit jamais utiliser un chalumeau à côté d’un circuit gras, et là il y avait de l’essence, c’est un incendie allumé volontairement dans le but d’obtenir les assurances car ce commerce ne rapportait pas d’argent. » Je préfère croire  à la thèse de l’accident. 

Nous devons nous rappeler que des hommes et des femmes font des métiers avec passion au service des autres, et que parfois, cela leur est fatal. Je pense aux pompiers, aux infirmières, aux ouvriers du bâtiment, et à bien d’autres corps de métier encore. Ces professions sont rarement reconnues à leur juste valeur, et, sans aller jusqu’à parler de précarité, celles et ceux qui les servent n’ont pas le salaire qu’ils mériteraient d’avoir.

Après l’explosion de Bondy, qui a fait un mort, il y a à peine trois semaines de ça, l’incendie du garage de vendredi s’est produit dans mon quartier, juste en face de l’immeuble de Sally, et je voulais écrire ce billet en hommage à ces deux jeunes pompiers qui venaient à peine de commencer leur vie d’adulte.

Nadia Mehouri

Nadia Mehouri

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021