19 heures. Sur l’esplanade du Palais Omnisport de Paris-Bercy, avant 3 heures de spectacle, la troupe brésilienne Maracatu offre un avant goût de son talent au rythme des maracas et tambours.

Les spectateurs commencent à s’installer dans la salle (trop grande pour l’occasion comme chaque année). Découverte du terrain recouvert de sable (pour du beach rugby c’est en effet plus pratique), les joueurs des différentes équipes s’échauffent.

Les palmiers pour rappeler l’esprit « sea,sex and sun » embellissent le cadre de la soirée. Les équipes se réunissent pour commencer les matchs. Parmi elles on retrouve de nombreux joueurs de Top 14 et notamment d’anciens internationaux dont Yann Delaigue qui préside la soirée.

Le premier match entre l’équipe « Orangina » et l’équipe de la RATP s’achève avec une victoire de l’équipe Orangina par 4à3. Les règles sont totalement différentes du rugby à XV. Petit récapitulatif : le beach rugby oppose deux équipes de 5 joueurs et se joue comme son nom l’indique sur la plage ou, à défaut de ne pas avoir la chance d’avoir de plage près de chez soi, sur du sable. Le terrain est plus petit qu’un terrain normal, il n’y a pas de plaquages, seulement des touchés franc à deux mains. Le touché vif à une main n’est pas considéré comme valable. Pas de touche, pas de mêlée, pas de pénalités et le ballon est plus petit.

Entre deux matchs, les pom-pom girls font leur apparition comme au stade de France.

Plusieurs écoles de rugby ont eu la chance de faire le tour de terrain comme par exemple, Massy, l’une des plus grandes écuries d’Ile-de-France, ou encore l’école de rugby de Clichy-sous-Bois.

Soirée au rythme des Ting Tings et des Black Eyed Peas.

Avant la finale, deux acrobates prennent place sur le terrain pour un numéro.

22h15. La finale opposera les « Orangina Boys » à l’équipe de France officielle de Beach rugby, c’est un peu David face à Goliath.

C’est logiquement que l’équipe de France l’emporte. Les joueurs habituellement plus à l’aise sur de grands terrains, qui ont l’habitude jouer au pied, ont livré une bonne performance sur du sable. On peut retenir la présence d’Ollie Phillips (joueur du Stade Français) dans l’équipe de l’Angletterre, Jérôme Porical, Nicolas Durand, et Florian Cazenave pour l’équipe Rugby Division, Yves Donguy pour l’équipe Delpeyrat (oui, il y a avait quelques sponsors). Les joueurs ont fait la joie des petits en ignant des autogrpahes sur leurs drapeaux. A défaut de ne pas avoir la possibilité de suivre le Beach rugby tour dans toute la France, le palais Omnisport organise cet événement. Cependant, il n’a pas le succès souhaité auprès des organisateurs, sauf un peu plus peut-être cette année en raison de la présence de joueurs connus du TOP 14. Le Beach rugby est beaucoup moins violent que le rugby à XV car tout se joue sur le touché seulement, au bout de 3 touches dans l’équipe le ballon est rendu à l’équipe adverse.

Les fameux poteaux sont présents mais ils ne serviront que pour une animation car au beach rugby pas de pénalités.

Jessica Fiscal

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022