• Combien de personnes dans la rue, combien en as-tu vues, aperçues ?

On en parle peu et pourtant on passe tous devant eux, près d’eux.

Les jambes croisées, la tête baissée, recroquevillé, il attend sur la chaussée. Et quand, le froid lui glace les os, il se réfugie dans une bouche de métro. Le visage fatigué, les mains usées, abîmées par des conditions de vie difficile à supporter. A proximité, un écriteau sur lequel est marqué « 1pièce s’il vous plaît ». Un appel à la générosité des passants qui passent, l’ignorant comme s’il était transparent.

 

Sa vie a basculé lorsque son employeur l’a licencié. Son entreprise fermait prétextant une insuffisance de rentabilité, délocalisée pour des raisons de compétitivité. Petit ouvrier peu rémunéré, il travaille dur mais que les lendemains ne sont pas sûrs… Toutefois, il ne se décourage pas, il cherche mais ne trouve pas. Une opportunité s’est présentée mais trop âgé par rapport aux autres candidats qui attendaient. Pas de chance face à la concurrence. Au même moment, les épreuves commencent d’abord le loyer, difficile de payer ensuite, les difficultés pour s’alimenter. Le soir, seul, il a peur et se dit « qui m’enterrera si je meurs ». Il n’a ni femme, ni quelqu’un à qui parler. Il n’a pas d’ami qu’il peut aimer. Trop timide pour aborder, il n’a jamais osé.

L’hiver vient de s’achever, il doit rendre les clefs ; début du printemps, il est temps pour lui de quitter l’appartement. Il n’a ni économie ni argent de côté, peu rétribué, il n’a jamais pu épargner. Ses parents décédés, il n’a ni frère ni sœur qu’il peut appeler, pour l’aider, l’héberger ne serait-ce qu’une soirée. Il ne sait où aller. Partir au loin et marcher ou rester dans un parc tout près. Etendu, il ferme les yeux pensant qu’à son réveil tout ira mieux. Cependant, il est conscient que rien ne sera plus comme avant. Quand il y arrive, il dort mais le plus souvent il pense à son triste sort.

Les mois sont passés, les saisons se sont succédées, près d’une année s’est écoulée. Sa situation n’a guère changé, pas du tout évolué. Comment être embauché, comment se présenter lorsque l’on est sale et mal habillé. Il le sait. Pour oublier, il erre sans arrêt. Son dos le fait souffrir et son état physique empire. Il avance difficilement, se déplace péniblement, conséquences d’un travail déshumanisant.

 

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes tant qu’il y a des gens pour qui l’on compte. Mais voilà, tous indifférents, personne ne lui adresse la parole alors il se console avec ses dernières gouttes d’alcool. Ce soir, il fait très froid et il marche dans une rue qu’il ne connaît pas. Il regarde autour de lui et cherche un abri. Il est épuisé, cela fait plusieurs jours qu’il n’a pas mangé. Il ne peut plus avancer et décide de s’asseoir pour récupérer. Il se met à trembler, il est littéralement congelé mais il ne peut plus bouger. Il sent la mort alors il tente un dernier effort.

1 heure, la rue est déserte. Seule une personne inerte, la bouche ouverte. Allongé, il ne bouge pas. les yeux fermés, il ne dors pas. Il gît là… à quelques pas de chez toi.

 

Ce texte est pour ceux qui sont animés par la générosité, qui agissent avec bonté et/ou donnent par esprit de solidarité.

 


Par Rachid Boumriche

Rachid Boumriche

Articles liés

  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021
  • ‘Qui va accoucher les femmes ?’ : le cri d’alerte des sages-femmes de Saint-Denis

    A l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l'annonce de la fermeture de plusieurs lits en salles de naissance a fait déborder le vase pour les sage-femmes en sous-effectif dans tout le département, alors que c’est là que l’on compte le plus de naissances en France. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 15/10/2021