Lors de la première mi-temps, Reda a été vilainement blessé. Un coup de crampons d’un joueur adverse. Il souffre beaucoup mais serre les dents. Nous l’avons porté dans les vestiaires. Mimi lui a appliqué « un coup de bombe » pour glacer sa cheville. Le concierge du stade veut appeler les pompiers. Mimi lui dit que ce n’est pas la peine. Je fouille dans mon sac à la recherche de mes globules homéopathiques à l’arnica. C’est limite ridicule, mais avec mes fillettes, ça marche. Le blessé est d’accord d’en avaler. Je lui donne le reste du petit flacon. Reda est le jeune homme que Serge, mon collègue, cherchait à voir. Il lui a posé un lapin plusieurs fois. Son frère a été tué par la police alors qu’il était assis dans une voiture volée. Reda est d’accord de me raconter son histoire et celle de son frère.

Par Sabine Pirolt

Sabine Pirolt

Articles liés

  • Derrière la hausse des prix, quelle réalité pour les habitants des quartiers ?

    Derrière les chiffres de l'inflation, des hausses de prix toujours plus inquiétantes, quelles sont les personnes qui en souffrent ? Familles nombreuses, jeunes travailleurs et associations de quartiers sont particulièrement pénalisés par un carburant et une alimentation toujours plus coûteux.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 24/06/2022
  • Contre la surveillance généralisée, la Quadrature du Net lance une plainte collective

    Vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale, détection automatisée des comportements, aujourd’hui la surveillance policière est omniprésente. Pour mettre un coup d’arrêt à cette « dérive liberticide », la Quadrature du Net lance une plainte collective contre le ministère de l’Intérieur. Arthur Messaud, juriste depuis 5 ans au sein de l’association de défense des libertés face aux menaces des nouvelles technologies, pointe l’opacité avec laquelle se déploie cette « technopolice ». Interview.

    Par Margaux Dzuilka
    Le 22/06/2022
  • Chlordécone : le combat des Ultramarins continue

    Motivés par un besoin de réparation et de justice, des collectifs et associations ultramarins se battent pour la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans l’affaire du chlordécone. C’est le cas de l’association antillaise VIVRE qui en 2019, appuyée par d’autres collectifs, a choisi de mener une action collective. La décision du tribunal administratif sera rendue d'ici la fin du mois de juin.

    Par Clémence Schilder
    Le 14/06/2022