Par Chou Sin

Deux heures du matin, Marseille sur la plage, j’étais assis tranquillement face à la mer, quand tout à coup, surgit de nulle part un homme. Il me demande une cigarette, je n’en ai pas. Il s’assoit à mes cotés et commence à me taper la discute. « As-tu vu des filles ce soir sur la plage ? » me demande t-il. Je lui réponds oui, il y a des filles sur la plage. L’homme est assez âgé, il pointe du doigt deux jeunes filles un peu plus loin et me dit : « J’irai bien voir les filles là-bas »… Mr l’inconnu se mets alors à parler. « Les femmes d’aujourd’hui, elles sont très difficiles, elles ne sont intéressées que par tout ce qui est matériel, et les deux filles là-bas, elles sont sûrement lesbiennes, elles doivent aimer que les choses entre-elles. Aujourd’hui si tu veux une fille, il faut que tu sois riche, les filles ne veulent que des hommes qui ont de belles voitures. Mais les elles sont bêtes car moi, si je veux, je loue une belle voiture et je leur fait croire que je suis riche. Elles sont toutes attirées par l’argent… ». Moi je reste là, je l’écoute, il parle sans s’arrêter, j’en place pas une. Je suis pas d’accord avec ce qu’il dit mais je n’ai aucune envie de débattre avec lui alors je le laisse continuer. « Tu sais, les femmes sont très dangereuses, elles sont vicieuses et calculatrices. Elles se marient avec toi pour ton argent, et quand elles te disent qu’elles vont aller voir une copine, elles vont se faire de l’argent avec d’autres hommes, et elles se font un patrimoine sans que tu le saches. Et un jour, elles vident ton compte, et elles s’en vont avec ton remplaçant… ». Forcément, je lui demande si c’est ce qu’il lui est arrivé, il marmonne un peu, hésite, et il me dit qu’il était marié mais que ce n’est pas ce qui lui est arrivé. Apparemment, l’homme a encore envie de parler de la gente féminine: « Tu sais plus loin là bas, sur la rue, il y a des p…, qu’est-ce qu’elles sont belles ! Mais ça vaut pas le coup, ça dure que cinq minutes et ça coûte une fortune. Pour ça il faut aller dans les pays pauvres, il faut aller en Thaïlande, pour une bouchée de pain tu passes une nuit avec elles, tu peux même les garder plusieurs jours et tu les fidélises, tu leur fais croire que t’as envie de les ramener en France pour qu’elles soient gentilles avec toi. Peut être qu’un jour c’est ce que je ferai… ». Apparemment, l’homme a des idées bien reçues, je me sens choqué de me retrouver face à cet individu, mais bon, maintenant que j’y suis, j’ai encore envie d’écouter ses horreurs.  « Un femme, elle n’a jamais de problèmes, si elle a un problème d’argent, elle descend une heure dans la rue, et ça y est le problème est arrangé… ». Là je ne peux m’empêcher de réagir, et de lui répondre que je ne suis pas d’accord, mais il m’assure que c’est la vérité, que même si je ne le vois jamais, la majorité des filles le font, mais face à ce genre d’individu, inutile de polémiquer, et il repart à nouveau dans son monologue : « Regarde en Chine, pourquoi on préfère avoir un petit garçon plutôt qu’une petite fille, pourquoi on tuait les petites filles à leur naissance ? C’est parce que les filles quand elles grandissent , elles fonts des choses sales, toi qui es Chinois, dis moi que j’ai raison… ».

« Non, pas du tout, selon moi, c’est plutôt une question de mentalité, un garçon serait beaucoup plus productif manuellement dans les champs et pour tout autre travail physique, ce qui avait son importance autrefois. Et lors d’un mariage, on dit qu’une fille va dans la famille du marié, et donc certains préféraient accueillir une jeune mariée plutôt que de laisser partir leurs propre fille. Et tout ceci s’est déclenché lors de la loi sur l’enfant unique, les familles n’ont droit qu’à un enfant, donc si une famille veut absolument un garçon, et que le premier enfant est une fille, il n’y a pas beaucoup de solutions…Mais tout ceci serait du passé… ». L’homme me dis alors que mes réponses tiennent la route et repart encore dans ses discours bizarres… mais à ce moment là, j’étais un peu fatigué, et je ne l’écoutais plus trop… Je lui souhaite une bonne soirée, je ne lui ai même pas demander son nom.

Chou Sin

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021