2005-2015 : SOUVIENS-TOI ? Les blogueurs se rappellent de leur octobre et novembre 2005. 
Les émeutes de banlieue de 2005, pour moi, c’est une musique d’abord. Celle des journaux télévisés, TF1 ou France 2, selon l’humeur du jour. Le lycéen que j’étais, assis à deux mètres de la télé, chaque soir décontenancé par ces images : voitures qui flambent, projectiles divers, plaintes des riverains. Égratignant l’idée que je me faisais d’une France paisible havre de paix, richesse, travail, logement. Tout ce dont nous manquions en Algérie. Tout ce qu’avait désormais mon grand-frère parti, comme tant d’autres, vers cette France fantasmée.
Le journal fini, je rejoignais ma famille à la cuisine pour le souper. Soupe à la grimace plutôt, la fierté de mes parents, voir un de leur fils là-bas en France, avait laissé place à l’inquiétude. Comment allait-il ? Comment s’en sortait-il, avec tous ces sauvages se demandait mon père qui d’un coup justifiait l’arrivée de Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002.
Ma mère, plus pragmatique, s’inquiétait de ne pouvoir joindre mon frère. Elle tombait, toujours sur cette messagerie vocale. Elle qui voulait juste avoir des nouvelles, juste entendre sa voix. Les journaux télévisés se succédaient toujours plus spectaculaires, reporters en gilets pare-balles, et mon frère qui ne répondait toujours pas. Angoisse, il doit s’être pris une balle, c’est sûr, affirmait mon père, clope d’après repas au bec, tu as vu l’état des rues, les policiers en casques et gilets pare-balles, ces sauvages, la France, ils ont en fait Baghdad…
Et puis au salon, d’un coup, notre vieux téléphone bleu à cadran qui résonne. On se masse autour. On le laisse sonner. Ma mère qui se décide à décrocher. C’est lui, mon frère, qui nous appelle. Tout va bien. Pas grand-chose à dire, à Aulnay-Sous-Bois (93), il n’a rien vu ou si peu… des voitures calcinées, un garage Renault incendié, ah oui, un soir en rentrant à pied de son travail dans le XIII° arrondissement, il avait dû changer de route et rallonger son parcours d’une bonne demi-heure. C’était impressionnant de voir tous ces gamins courir, hurler de partout, mais rien de bien dangereux. Sinon au niveau de ses études tout allait bien, son boulot au théâtre du treizième lui plaisait… rien à signaler. Ce soir-là, nous nous étions couchés, certes rassurés, un peu bêtes tout de même.
Ahmed Slama

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021