2005-2015 : SOUVIENS-TOI ? Les blogueurs se rappellent de leur octobre et novembre 2005. 
Les émeutes de banlieue de 2005, pour moi, c’est une musique d’abord. Celle des journaux télévisés, TF1 ou France 2, selon l’humeur du jour. Le lycéen que j’étais, assis à deux mètres de la télé, chaque soir décontenancé par ces images : voitures qui flambent, projectiles divers, plaintes des riverains. Égratignant l’idée que je me faisais d’une France paisible havre de paix, richesse, travail, logement. Tout ce dont nous manquions en Algérie. Tout ce qu’avait désormais mon grand-frère parti, comme tant d’autres, vers cette France fantasmée.
Le journal fini, je rejoignais ma famille à la cuisine pour le souper. Soupe à la grimace plutôt, la fierté de mes parents, voir un de leur fils là-bas en France, avait laissé place à l’inquiétude. Comment allait-il ? Comment s’en sortait-il, avec tous ces sauvages se demandait mon père qui d’un coup justifiait l’arrivée de Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002.
Ma mère, plus pragmatique, s’inquiétait de ne pouvoir joindre mon frère. Elle tombait, toujours sur cette messagerie vocale. Elle qui voulait juste avoir des nouvelles, juste entendre sa voix. Les journaux télévisés se succédaient toujours plus spectaculaires, reporters en gilets pare-balles, et mon frère qui ne répondait toujours pas. Angoisse, il doit s’être pris une balle, c’est sûr, affirmait mon père, clope d’après repas au bec, tu as vu l’état des rues, les policiers en casques et gilets pare-balles, ces sauvages, la France, ils ont en fait Baghdad…
Et puis au salon, d’un coup, notre vieux téléphone bleu à cadran qui résonne. On se masse autour. On le laisse sonner. Ma mère qui se décide à décrocher. C’est lui, mon frère, qui nous appelle. Tout va bien. Pas grand-chose à dire, à Aulnay-Sous-Bois (93), il n’a rien vu ou si peu… des voitures calcinées, un garage Renault incendié, ah oui, un soir en rentrant à pied de son travail dans le XIII° arrondissement, il avait dû changer de route et rallonger son parcours d’une bonne demi-heure. C’était impressionnant de voir tous ces gamins courir, hurler de partout, mais rien de bien dangereux. Sinon au niveau de ses études tout allait bien, son boulot au théâtre du treizième lui plaisait… rien à signaler. Ce soir-là, nous nous étions couchés, certes rassurés, un peu bêtes tout de même.
Ahmed Slama

Articles liés

  • Des JO et des Juges : les vendeurs à la sauvette dans le viseur

    À l'approche des Jeux Olympiques, consigne a été donnée de nettoyer l'espace public. Une directive qui a forcément des conséquences sur les juridictions. Jusqu'à l'ultime épreuve, le BB chronique le quotidien du tribunal de Bobigny. Dans ce premier numéro, il est question des vendeurs à la sauvette. Poussés par la faim, ils reviennent inlassablement dans la rue malgré les arrestations et les condamnations.

    Par Meline Escrihuela
    Le 27/02/2024
  • Région Île-de-France : les coups de pouce aux lycées privés ne passent pas

    Les révélations en cascade au sujet du lycée Stanislas ont remis sur la table la question du financement des établissements privés par les deniers publics. À l’échelle de la région Île-de-France, les fonds consacrés à cet établissement, et au privé en général, interrogent.

    Par Imane Lbakhar
    Le 26/02/2024
  • Série – Musulman(e)s & Citoyen(ne)s

    Séparatisme, communautarisme… On ne compte plus les anathèmes lancés à la communauté musulmane. Pourtant, de nombreux citoyens, pleinement français et fièrement musulmans, s’engagent quotidiennement pour le « bien commun », mus entre autres par leur foi. Dans cette série, nous mettons en avant quatre jeunes engagé(e)s de confession musulmane. Une série signée Ayoub Simour.

    Par Bondy Blog
    Le 23/02/2024