Comme certains hommes de son âge, Lucien Chabason possède plusieurs casquettes, même s’il est plus souvent en costume sombre qu’en survêtement américain. Il travaille pour l’IDDRI,  l’institut du développement durable et des relations internationales et préside le Plan Bleu pour la Méditerranée ; c’est au titre de ces deux organisations qu’il participe au processus consultatif du sommet onusien.

« La haute mer va demeurer un lieu non contrôlé, non surveillé déplore-t-il ». Par haute mer, il entend la partie des océans, 64 % de la surface, non soumise à des réglementations nationales. Le nombre d’organisations intervenant dans la gestion des océans est pléthorique, donc paralysante. L’idée d’un organisme de gouvernance unique répond à un besoin d’efficacité et de cohérence, pour un milieu impunément pollué et surexploité. L’IDDRI qui plaidait pour la protection de ce milieu par la mise en œuvre de lois internationales n’a pas eu gain de cause. Le texte brésilien renvoie à 2015 la décision de négocier sur la question.

Autre sujet, lui aussi maltraité : la création d’une organisation mondiale de l’environnement. La position française et européenne est claire : cette nouvelle agence devra prendre la place du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). L’organisation serait ministérielle et non régie par des hauts fonctionnaires de l’ONU. Sa portée politique en serait renforcée, toujours selon M. Chabason. « Ce n’est pas un succès pour l’Europe, alors qu’elle misait beaucoup là-dessus. Les États-Unis, la Russie, la Chine et quelques pays africains n’ont pas soutenu cette proposition, précise-t-il ». L’homme pourtant rompu aux négociations internationales – sa première se déroulait en 1985 pour la Convention de Vienne sur la pollution atmosphérique transfrontalière en Europe – ne cache pas sa déception sur cet autre point. « La commission du développement durable créée à Rio en 1992 n’a pas bien pris en charge la question, d’où le besoin de transformer le PNUD en agence spécialisée. » L’OME ne verra pas le jour à Rio, en tous cas pas en 2012.

Si les – mauvaises – décisions ont été prises, pourquoi certains chefs d’État arrivent-ils ce mercredi 20 juin ? Pour découvrir la Villa maravillosa ? Qu’ils soient prévenus, avec l’arrivée de Hollande, la visite sera pluvieuse.

Bouchra Zeroual, Rio de Janeiro

Lire les autres articles du dossier Rio+20

Publié le 20 juin 2012

Rio+20 : la biopiraterie, les pirates du XXIe siècle

Rio+20 : sommet contre sommet

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021