Aaron, Boubacary, Idrissa, Sharon et les autres sont en classe de 5e au collège Georges Brassens, dans le XIXe arrondissement de Paris. Ce lundi après-midi, ils assistent à leur cours d’« égalité des sexes et de mixité sociale » dispensé par Olivia Cattan (photo : debout à gauche) et Diagne Chanel. A la question « Est-ce qu’il y a quelque chose sur Internet ou à la télé qui vous a choqué concernant les juifs, les Noirs ou d’autres populations ? », Boubakary, un des élèves, répond : « On dit souvent que les Noirs sont pauvres, sans papiers. Que les Noirs sont des bandits, qu’ils sont nuls à l’école. Mais ça me choque pas. » Boubakary est noir.

Dans un cours précédent, à la question « Qui se sent français parmi vous ? », seul deux élèves sur les dix-huit de la classe avaient levé la main, rapporte Olivia. Et quand on leur a demandé ce qu’ils pensaient être, les seize autres ont répondu, israéliens, africains ou maghrébins, selon les origines ou les propos entendus chez eux. Leurs différences, ils les revendiquent avec fierté.

Des insultes proférées par les garçons, telles que « sale pute » ou « salope », ont incité le proviseur de ce collège à faire appel à l’association d’Olivia Cattan, « Paroles de femmes ». C’est dans un brouhaha incessant et très ordinaire qu’elle tente de leur transmettre l’idée de l’égalité des sexes et de l’importance de lutter contre leurs préjugés sexistes, culturels et religieux. Et souvent antisémites et racistes. L’attention des élèves est ce qu’il y a de plus dur à obtenir. Les vannes fusent et au fond de la classe, les palabres façon salon de thé vont bon train.

Boubakary, 12 ans, me confie discrètement à l’oreille : « On a toujours l’habitude de dire que c’est les filles les plus tranquilles, mais j’ai remarqué que quand elles ont décidé de pas travailler, elles font plus de provoc que les gars. » Les élèves disent n’avoir rien entendu de choquant ces derniers temps. « Et des insultes sur les gens qui sont différents, est-ce que vous en avez entendues ? », relance Olivia. « Oui, répondent-ils, des insultes comme « sale juif », « sale Noir », on entend, mais ça nous choque pas. » Une coutume, en somme, chez ces ados. Pour Sharon, se faire insulter de « sale juive » relève de la normalité : « J’ai l’habitude. »

Les préjugés ne sont pas l’apanage des ados. Sam raconte que la dernière fois dans la rue, il a vu « un gars (un adulte) insulter des Arabes de terroristes – Tu sais pourquoi il a dit ça ?, questionne Olivia. – Oui, parce qu’ils portaient la barbe et qu’ils étaient habillés comme des terroristes. » Mais quand on demande à ces élèves de 5e s’ils ont l’impression d’être différents de leur « copain » juif ou arabe, la réponse est quasi unanime, c’est « non ». Olivia Cattan, avec ce type de cours, veut semer une petite graine dans l’esprit de ces ados, en faisant naître chez eux un « comportement citoyen ».

C’est le moment de passer aux sketchs, qui sont des mises en situation. Ainsi du frère qui décrète que c’est à sa sœur de ranger sa chambre, « parce que les filles, c’est fait pour rester à la maison ». Ou le macho sûr de lui, qui prétend que les filles, « ça peut pas jouer au foot, à cause de leurs petites jambes ». Ce sont les élèves qui ont écrit les dialogues, repris d’échanges sur MSN ou du cadre familial.

Les élèves seront récompensés de leur investissement dans le cours en assistant au spectacle du « Jamel Comedy club », le 8 mars 2009. Parce que pour eux, c’est « le seul lieu qui donne à tous les gens de la diversité la même chance de réussir ». Jamel, si tu nous lis…

Nadia Méhouri

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022