Une fois par mois, Madame K. se rend au commissariat de la cité afin de porter plainte contre son voisin. En effet, celui-ci traverse les murs pour lui taper sur la tête. Elle n’a plus la garde de ses trois enfants et son ex-mari se démène pour limiter ses droits de visite.

Par ailleurs Madame K a des problèmes d’argent.

Pour éviter d’accumuler les dettes de loyer, il faudrait que Madame K. soit mise sous tutelle. Mais le nouveau juge des tutelles n’accepte plus les demandes émanant des services sociaux. Il impose qu’une personne de la famille – elle n’en a plus – ou que Madame K. elle-même en fasse la demande. Or, Madame K. se considère comme parfaitement capable de gérer ses affaires.

 

L’assistante sociale qui la voit de temps en temps ne peut proposer aucune place en foyers spécialisés, qui sont débordés.

 

Le centre médico-psychologique, pourtant situé en face de son immeuble, ne dispose pas d’assez d’effectifs pour se déplacer.
 

L’expulsion de Madame K. est prévue pour la fin de la trêve hivernale.

 

Ariane

Ariane

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021