Une fois par mois, Madame K. se rend au commissariat de la cité afin de porter plainte contre son voisin. En effet, celui-ci traverse les murs pour lui taper sur la tête. Elle n’a plus la garde de ses trois enfants et son ex-mari se démène pour limiter ses droits de visite.

Par ailleurs Madame K a des problèmes d’argent.

Pour éviter d’accumuler les dettes de loyer, il faudrait que Madame K. soit mise sous tutelle. Mais le nouveau juge des tutelles n’accepte plus les demandes émanant des services sociaux. Il impose qu’une personne de la famille – elle n’en a plus – ou que Madame K. elle-même en fasse la demande. Or, Madame K. se considère comme parfaitement capable de gérer ses affaires.

 

L’assistante sociale qui la voit de temps en temps ne peut proposer aucune place en foyers spécialisés, qui sont débordés.

 

Le centre médico-psychologique, pourtant situé en face de son immeuble, ne dispose pas d’assez d’effectifs pour se déplacer.
 

L’expulsion de Madame K. est prévue pour la fin de la trêve hivernale.

 

Ariane

Ariane

Articles liés

  • Décoloniser les musées : « La question est éminemment politique »

    L'association Alter Natives a présenté les conclusions d'un programme d'échange entre musées européens et jeunes étudiants autour des objets spoliés pendant de la colonisation. La restitution des œuvres d’art à l’Afrique notamment reste un sujet brûlant. Il se heurte à de nombreux obstacles législatifs et aux mentalités. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 07/02/2023
  • Le combat des sans-papiers contre la dématérialisation

    Les associations, syndicats et travailleur.euses sans-papiers étaient rassemblés, mercredi dernier, devant la préfecture de Bobigny. Ils dénoncent la fermeture des guichets qui crée des files d’attente virtuelles interminables et rend les démarches de régularisation kafkaïennes. Reportage.

    Par Aissata Soumare
    Le 06/02/2023
  • Pour un accès égalitaire à la PMA, la Pride des banlieues lance une pétition

    En juin aura lieu la troisième édition de la Pride des banlieues. Les organisatrices et les organisateurs lancent une pétition pour revendiquer l'égalité d'accès à la procréation médicalement assistée (PMA). Malgré l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, les inégalités perdurent.

    Par Eva Fontenelle
    Le 03/02/2023