Si on exclut le fait avéré que depuis vendredi soir le peuple Français patauge dans la merde, le sang, les larmes et le vomi, hormis peut-être quelques chrysanthèmes qui ont poussé au milieu des étrons, il y a quand même une belle victoire.

C’est l’avènement d’une nouvelle forme de résistance. Depuis la tuerie, les vrais héros sont aux terrasses des rades, une bière à la main le doigt levé bien haut contre les pequenauds de l’Etat Islamique et contre les ordures qui tentent de nous monter les uns contre les autres. Vous dites « Allah Akbhar », je dis « Fallet est grand ». À la belote les copains, on va se ruiner doucement en lâchant de l’atout et après on ira pêcher à la mouche les poissons pourris du canal Saint Martin. Les gusse se sont plantés, tout à leur envie de sortir les calibres. On avait pour beaucoup prévu de lever le pied sur le siflar et la gnôle, pour préserver notre capital santé d’infidèles, mais désormais, plus question. On sait qu’on peut caner d’une bastos dans le buffet au son de vos diatribes miteuses à toute heure du jour et de la nuit. On sait aussi que notre bonheur vous emmerde. Alors on va vous faire chier. Les week ends seront décadents, ou ne seront pas. On va s’enfiler mes loulous, et du fond de nos rombières, de nos amants, de nos amoureux, on saluera bien bas votre propension naturelle à défourailler qui va booster nos sexualités retrouvées. Pour sûr que ça ne sera pas catholique. On va baiser avec des Musulmans, des Bouddhistes, des bouffeurs de curetons et des Juifs, on va se branler en apôtres, se la mettre en pédérastes. On va enfin échanger des fluides nobles, de la cyprine et du foutre.

En 40, la résistance c’était les armes à la main, en 2015, c’est au bistrot, au concert et dans les clubs échangistes. On ne savait plus trop pourquoi on picolait, on avait parfois la flemme de se lécher les parties, merci les aminches, grâce à vous on a l’excuse. Faut résister. Ca peut suffire à choper une cirrhose et une MST. Ca fait toujours moins mal qu’une balle de AK dans l’oignon. Va falloir en distribuer des légions d’honneur. Va falloir en graver des plaques. Les pubs Irlandais des grands boulevards vont devenir des repaires à héros. Les vendeurs d’alambics, les musicos chevelus, et les fabricants de capotes vous remercient. Ils vont se faire des couilles en or.

Oui on a la trouille. On se pisse dessus même. Mais quitte à crever autant le faire en rigolant. J’emmerde le drapeau, mais j’aime bien le coq. Il nous représente, parce qu’on va chanter les vieux gars, soyez en sûrs, même si vous nous avez mis les deux pieds dans la merde. Et puis on n’est pas seuls. On est ravis que des copains du monde entier prient pour nous même si on croit autant en Dieu qu’aux promesses de campagne. Ça nous réchauffe juste le cœur que des potos nous soutiennent.

Enfin, on se montera dessus, oui, c’est une promesse mais on ne se montera pas les uns contre les autres. Oubliez. Circulez y’a rien à voir. Ce que vous voulez, c’est qu’on haïsse les Musulmans, les vrais, ceux qui vivent leur foi parce que ça les élève et avec qui on a pour habitude de refaire le monde. Ça fait partie de votre stratégie. Mais non, vous vous plantez, parce qu’on n’est pas des bœufs. On se retrouvera autour des mêmes verres, dans les mêmes lieux, parce qu’on en a rien à cirer que les gens boivent du pinard ou du coca. Tout ce qu’on veut c’est être ensemble, et se fendre la poire. En fait, on s’aime, et rien que pour ça, vous avez perdu. Vendredi prochain, la première tournée sera pour moi. Messieurs les salopards, vous êtes cordialement, invités si vous posez les armes. Santé, nom de Dieu !

Mathieu Blard

Articles liés

  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    Une trentaine d'exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021
  • « J’augmente mon budget essence et baisse mon budget nourriture »

    Alors que la hausse des prix du carburant continue de s'approcher des records du mois d'octobre dernier, dans les quartiers on prend son mal en patience face aux chiffres de la pompe. Étudiants, travailleurs, mères célibataires, toutes et tous ressentent un poids supplémentaire sur leur budget, alors que le chèque énergie du gouvernement n'est attendu par personne. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 22/11/2021