Sara Camara est finalement régularisé : c’est le verdict prononcé mardi par la préfecture de Bobigny, en délivrant au Malien une carte de résidence valable un an – qui devrait se renouveler selon la procédure. Ce jour-là, Sara quitte le parvis de la préfecture les yeux en larmes mais souriant, avec dans les mains, son premier titre de séjour depuis son arrivée en France il y a 17 ans. Un sésame qui lui permettra de retrouver le poste d’agent d’entretien à la Conciergerie de Paris, « peut-être d’ici au mois de mai, après sa visite médicale », indique Mohamed Ziane, le responsable de son comité de soutien.

La nouvelle est arrivée très vite pour ce nouveau citoyen de 40 ans qui ne voyait plus le bout du tunnel. Le 11 avril, il reçoit une convocation au bâtiment René Cassin, sans en connaître l’intention. Quatre jours de flottement puis les mots tant attendus délivrés au guichet. Fini les angoisses qui le tenaillaient chaque matin avant de sortir de sa piaule. Terminé les nuits blanches à chercher un avenir viable. Exit les contacts téléphoniques entre potes pour se prévenir de la présence policière dans le métro et les rues. Place aux droits et devoirs de « monsieur tout le monde ».

Pourtant, en décembre dernier, les espoirs étaient bien maigres après l’avis d’expulsion lui demandant de quitter la France avant le 15 janvier. Mais Sara veut rester en France. Le comité de soutien, lui, ne baisse pas les bras et poursuit le combat. Sous son impulsion, Sara Camara conteste la décision préfectorale et fait un recours auprès du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, une instance indépendante de la préfecture.

Qui s’oppose à l’avis d’expulsion et appuie la régularisation du Malien. Cette information a été annoncée le 14 avril et la réquisition devrait être notifiée d’ici peu. « Nous considérons ce soutien comme une réelle reconnaissance », affirment les amis du Malien. Pour sa part, Sara compte réunir tous ceux-ci – pour la plupart des collègues du ministère de la culture – afin de fêter sa nouvelle vie… En toute quiétude.

Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • La première maison d’écologie populaire de France est à Bagnolet

    #BestOfBB Le mouvement citoyen pour le climat Alternatiba et l'organisation Front de Mères inaugurent un lieu inédit à Bagnolet : Verdragon, la première maison d'écologie populaire de France. Situés dans le quartier populaire de la Noue, les locaux abriteront un projet d’écologie populaire, avec l’ambition d’un fort ancrage politique et citoyen accessible aux enfants et aux familles. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 30/07/2021
  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021