Sujet devenu sensible, la viande halal a fait l’objet de nombreuses controverses. Que ce soit pour ou contre, des voix se sont élevées. Certains en ont même fait une récupération politique en créant la polémique, notamment durant la campagne présidentielle.

Voyons au-delà de ces polémiques sur les méthodes d’abattage ou sur l’unique présence de viande halal dans les rayons des magasins. Il m’a récemment été affirmé que les musulmans peuvent, en réalité, consommer une viande qui n’est pas abattue par un musulman dès lors qu’il ne s’agit pas de porc .Chacun fait comme il l’entend. Pour autant, j’ai souvent vu les musulmans manger uniquement de la viande halal bien qu’il existe des différences de pratiques.

Plusieurs expériences me l’ont démontré. En effet, lors d’un repas au restaurant avec des amis d’origine saoudienne qui mangeaient une entrecôte ou du foie de volaille, l’un d’eux m’a dit après avoir remarqué mon interrogation : « Dans le Coran il est écrit : mange de la viande des gens du livre, juif ou chrétiens, mais c’est vrai que vous les algériens, vous compliquez tout ». On aurait alors pu croire qu’ils étaient non pratiquants… Sauf qu’ils ont refusé de manger le dessert, des crêpes flambées, même après leur avoir expliqué que l’alcool s’était évaporé une fois brûlé.

« Ces merguez sont meilleures que les merguez AVS. Renseigne-toi ! »

Autre expérience, dans une grande surface de la région parisienne, j’ai croisé un couple de musulmans fondamentalistes (lui en djellaba et son épouse en djilbab) se servant de la viande au rayon boucherie libre-service non halal. Pensant qu’ils s’étaient trompés, je me suis permis de leur dire et l’homme me répondit : « Ces merguez sont meilleures que les merguez AVS, et en France tout est hallal, sauf le porc. Renseigne-toi ! » Plus tard, au fast food, j’ai aussi vu des femmes en djilbab manger des big mac. Je ne m’étais jamais véritablement posé de questions, ne mangeant pas de viande moi-même.

Mais dernièrement, dans la mosquée que je fréquente, j’ai été des plus étonné…Ce jour-là nous étions plusieurs, dont l’imam, attablés dans la cuisine en train de manger des pizzas achetées chez le commerçant voisin. Un fidèle nous rejoint et nous lui proposons une part.
Ce dernier refuse, nous répondant : « Je ne mange pas la nourriture des chrétiens car je ne sais pas si c’est halal. » A cela, l’imam lui répond sèchement : « Tu n’as pas honte, tu me vois manger et tu dis cela. Premièrement quand tu vas chez un musulman, tu n’as pas le droit de demander si c’est halal, et si tu vas chez un chrétien tu demandes juste si ce n’est pas du porc ».

Une des personnes présentes rétorque : « Mais les chrétiens n’égorgent pas ? » L’imam réponds : « Le cheik Youssouf El Qardawi a dit que tu pouvais manger la viande des juifs et des chrétiens, et que le Coran est intemporel. Donc quand Dieu a dit mange la viande des chrétiens, c’est qu’il savait comment seraient les chrétiens aujourd’hui ».

Je lui ai alors demandé s’il pouvait manger de la viande au Mc Do par exemple ? Il me dit « Pour ma part, je ne mange que de la viande sacrifiée par des musulmans, mais toi si tu veux, tu peux y aller, c’est halal ». Alors vraiment étonné d’entendre cela de la bouche de cet imam, sachant qu’il est fondamentaliste, j’ai posé la même question à d’autres imams. Ces derniers m’ont répondu exactement la même chose (avec, pour certains, la condition de l’égorgement).

Cependant, encore surpris par ces nouvelles, j’ai eu envie de connaître l’opinion de certaines connaissances et j’ai en ai retenu deux.
Tout d’abord, Daoud qui s’était rendu en Afghanistan durant un an pour le djihad, il y a maintenant une quinzaine d’années me dit : « Charles Pasqua, en 1994, a autorisé et donné le monopole de la viande Halal à Paris, Evry et Lyon. Je pense que c’était pour nous communautariser et cela a fonctionné. »

Puis Fatiha, secrétaire et mère de famille, me dit : « La polémique du halal ça ne donne du crédit qu’à la droite et l’extrême droite, qui en font une récupération politique. Mais à bien y penser, ce n’est à mon sens ni religieux, ni même politique ; mais juste économique parce que le business du halal rapporte bien trop ! »

Encore plus étonnant, l’échange avec le cheikh FALAH AL MOUNDAKAR, lors du séminaire de l’imam Shatibi au centre du palmier de saint Denis en arabe et traduite en français. Le Cheick s’énerve parce qu’on lui pose toujours des questions sur ce sujet qui nous est licite. Par contre, aucune question ne lui est posée sur les interdits comme les aides de l’états (RMI, RSA, etc..), puisqu’un musulman doit travailler et ne pas vivre de l’aumône des chrétiens.

A voir aussi Cheikh el ‘Otheymine : La viande des Gens du Livre en Amérique est permise (vidéo)

Aujourd’hui, je suis étonné par le silence des religieux dans les mosquées sur le sujet.

Azzedine Benelkedi

Publié le 31 octobre 2013 sur le Lyon Bondy Blog.

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022