Mercredi 1er mars, j’ai rencontré Laurent de l’association Ville et Avenir. Il m’a expliqué le but et le fonctionnement de celle-ci. Ville et Avenir est une association institutionnelle subventionnée à 100% par le conseil général. Elle est composée de quatre éducateurs à temps plein et d’une éducatrice en formation ; Son but est la protection de l’enfance. Elle agit sur les villes de Bondy, Neuilly et Rosny.
 

Première mission : le suivi individuel des jeunes en difficulté et des familles.Les personnes suivies y adhèrent librement, elles sont ensuite encadrées par des animateurs ou des assistantes. Actuellement, l’association suit régulièrement une vingtaine de personnes, 2 à 3 fois par semaine.

La deuxième mission est une mission culturelle. Elle se déroule principalement pendant les vacances scolaires (pour les 10-16 ans). Des sorties sont organisées comme par exemple, le musée des arts et métiers ou encore la découverte de l’environnement sur la région Ile de France. Cette mission est faite pour «sortir de la trilogie maison/rue/collège» comme le dit Laurent.

La dernière mission porte sur la vie familiale. Des sorties en famille sont réalisées une fois par mois.

Une des finalités de ces missions consiste à rescolariser les jeunes « parce que les collèges s’en débarrassent » dit Laurent. « Jusqu’à 18 ans il n’y a pas de solution pour la réinsertion. Après 18 ans on trouve des dispositions pour l’emploi. ».

Les difficultés des personnes soutenues par l’assoc’ sont souvent liées au chômage, à la misère, aux problèmes de logement, de santé, de scolarité et même de justice. D’après Laurent il n’y a pas de mouvement collectif fondé sur une idéologie mais il y a un besoin de solutions individuelles. Une fois que les personnes se connaissent alors l’entraide apparait.

Ville et Avenir a plusieurs projets en cours dont un particulièrement intéressant : «jeunes solidaires». 6 jeunes de 10 à 16 ans et 2 éducateurs vont à la rencontre de SDF en leur proposant des couvertures, du café, de la soup, collectés auparavant dans le quartier. « Les jeunes sont motivés, contents. Ils ont le sentiment d’être utiles, ça leur fait plaisir… En plus ils ont vécu des échanges intenses pendant leur mission, notamment une rencontre avec un groupe de jeunes Roumains dans une des gares de Paris ». Dernièrement les jeunes ont enregistré un cd de Rap porteur de messages intéressants. A découvrir dans un prochain épisode…

 

Par Elodie Arbey

Elodie Arbey

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021