D’abord, quelques phrases pour se dire déçu des médias, qui stigmatisent le département 93 et oublient les initiatives et les gens de grande valeur qui y vivent. Puis l’adjoint au maire avoue sa colère contre le gouvernement de droite, qui a coupé dans les subventions aux associations pour donner plus d’argent à la police. 

Tout a été fait pour décourager les gens hors du commun qui s’étaient engagés. Par exemple, l’association SOS ça bouge, dont il fait partie des créateurs il y a plus de 20 ans (avant SOS racisme). SOS pour dire « il y a un problème », ça bouge pour dire « on se prend en charge ». Elle est née dans la cité Delâtre où il y avait un problème de toxicomanie. Elle a fait du soutien scolaire, proposé un centre de loisir, fait de la prévention sur les risques du sida ou des séquelles de la drogue, s’est ouverte à toutes les autres cités de Bondy. Mais SOS ça bouge vient de déposer son bilan. Son bilan humain, précise Sidi-Ahmed Selles, parce que les permanents et les volontaires n’en pouvaient plus de travailler sans reconnaissance ni soutien du gouvernement. 

Il y a de la banlieue dans l’air, l’association qui est issue de SOS ça bouge, tient toujours, mais la fatigue se fait sentir. C’est elle qui organise un festival où sont venues les plus grandes stars, qui met sur pied le programme de la fête de la musique, propose des ateliers de musiques à tous et un tremplin pour les amateurs, dont certains ont fait ensuite une belle carrière. Il faut aller voir les responsables de ces deux associations.

Ah, le gouvernement, qui a supprimé les emplois-jeunes créés par les socialistes. La mairie avait créé 150 emplois-jeunes, dont une grande partie sont désormais titulaires de la fonction publique, par exemple à l’entretien des jardins de la commune. Raffarin a pratiqué une politique de destruction sociale. La police de proximité, pareil. Les flics jouaient au foot avec les jeunes. Cela créait du lien, du dialogue. Aujourd’hui, sous Sarkozy, le dialogue, c’est « montre tes papiers ».

Serge Michel

Serge Michel

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021