D’abord, quelques phrases pour se dire déçu des médias, qui stigmatisent le département 93 et oublient les initiatives et les gens de grande valeur qui y vivent. Puis l’adjoint au maire avoue sa colère contre le gouvernement de droite, qui a coupé dans les subventions aux associations pour donner plus d’argent à la police. 

Tout a été fait pour décourager les gens hors du commun qui s’étaient engagés. Par exemple, l’association SOS ça bouge, dont il fait partie des créateurs il y a plus de 20 ans (avant SOS racisme). SOS pour dire « il y a un problème », ça bouge pour dire « on se prend en charge ». Elle est née dans la cité Delâtre où il y avait un problème de toxicomanie. Elle a fait du soutien scolaire, proposé un centre de loisir, fait de la prévention sur les risques du sida ou des séquelles de la drogue, s’est ouverte à toutes les autres cités de Bondy. Mais SOS ça bouge vient de déposer son bilan. Son bilan humain, précise Sidi-Ahmed Selles, parce que les permanents et les volontaires n’en pouvaient plus de travailler sans reconnaissance ni soutien du gouvernement. 

Il y a de la banlieue dans l’air, l’association qui est issue de SOS ça bouge, tient toujours, mais la fatigue se fait sentir. C’est elle qui organise un festival où sont venues les plus grandes stars, qui met sur pied le programme de la fête de la musique, propose des ateliers de musiques à tous et un tremplin pour les amateurs, dont certains ont fait ensuite une belle carrière. Il faut aller voir les responsables de ces deux associations.

Ah, le gouvernement, qui a supprimé les emplois-jeunes créés par les socialistes. La mairie avait créé 150 emplois-jeunes, dont une grande partie sont désormais titulaires de la fonction publique, par exemple à l’entretien des jardins de la commune. Raffarin a pratiqué une politique de destruction sociale. La police de proximité, pareil. Les flics jouaient au foot avec les jeunes. Cela créait du lien, du dialogue. Aujourd’hui, sous Sarkozy, le dialogue, c’est « montre tes papiers ».

Serge Michel

Serge Michel

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022