Nous sommes syndicalistes. Nous sommes de celles et ceux qui luttons sans relâche pour la justice et l’égalité.

Pour certain·es d’entre-nous, le combat contre le racisme au travail et en général est une question de dignité au quotidien, vécu et payé mentalement et physiquement.

Un formidable mouvement de dénonciation du racisme, de tous les racismes, traverse la société française. C’est un tournant majeur. S’il s’incarne aujourd’hui par des manifestations initiées notamment par le Comité Vérité et justice pour Adama Traoré, il est le fruit de décennies de combat des familles des victimes de crimes policiers, d’années de combats antiracistes portées par les organisations héritières des luttes des immigrations et des quartiers populaires, qui ont puisées leur force dans leur autonomie et qui l’ont préparé et permis.

Ce mouvement dit clairement que les violences et les crimes policiers ne sont pas des « dérives individuelles » : que c’est une institution gangrénée par le racisme qui les produit. Au travers de la police, c’est le racisme qui tue.

Un racisme qui structure la société française, hérité du colonialisme français et de l’esclavage.

Un racisme qui la traverse de part en part, créant des discriminations, des assignations, des violences bien concrètes pour toute une catégorie de la population en raison de sa couleur de peau, parce qu’elle n’est pas blanche, ou de sa religion, réelle ou supposée.

Même si on ne peut le résumer à cette fonction, le racisme renforce l’exploitation capitaliste.

Les travailleuses et travailleurs racisé·es étaient bien en première ligne, parmi les « premier·es de corvées » lors de la crise du Covid-19.Dans les quartiers populaires, elles et ils ont été parmi les plus touché·es par l’épidémie et les violences policières.

Le monde du travail est un des espaces où opère le racisme, et il s’y déploie sous des formes multiples.

Pour que le syndicalisme s’y attaque résolument, il est urgent de mettre en place des outils statistiques permettant de mesurer les inégalités et discriminations raciales, trop souvent invisibilisées sur nos lieux de travail.

Nous sommes syndicalistes et nous sommes de ces mobilisations antiracistes.

Parce que nos organisations combattent les inégalités et les injustices, elles y ont toute leur place, tout en respectant scrupuleusement leur auto-organisation par les premier·es concerné·es.

Nous appelons nos camarades de syndicats, nos collègues de travail à descendre dans la rue et à prendre part aux rassemblements et aux manifestations contre le racisme et contre les violences, les crimes et l’impunité policières : parce que ce sont des mobilisations populaires pour la justice et pour l’égalité, toute l’égalité.

Nous faisons nôtres toutes les revendications portées par les familles de victimes de crimes policiers dont celles de l’interdiction immédiate des techniques d’immobilisation mortelles, l’interdiction immédiate de l’usage des armes de guerre par les forces de police (LBD, grenades), la fin des contrôles au faciès, la dissolution de l’IGPN et son remplacement par une structure indépendante.

Nous disons enfin que personne n’est illégal·e, que l’heure est à la régularisation massive, totale, et en particulier de toutes et tous les travailleuses et travailleurs sans papiers. Que l’heure est à la fermeture définitive des centres de rétention administrative qui sont des prisons pour étranger·es.

L’histoire des luttes ouvrières et syndicales menées par les travailleuses et les travailleurs immigré·es dans leurs usines, leurs ateliers, leurs chantiers leurs services… mais aussi en dehors, contre le racisme, les crimes policiers et pour de meilleures conditions de vie, est aujourd’hui un héritage précieux pour les premières et premiers concerné·es et doit l’être pour l’ensemble des travailleuses et des travailleurs.

Nous nous engageons à porter, à faire vivre concrètement dans nos structures syndicales la lutte contre tous les racismes, au travail comme dans la société toute entière.

C’est ainsi que nous contribuerons à construire l’égalité des droits de toutes et tous.

Cet appel a été signé par 121 syndicalistes CGT, FSU, SUD-Solidaires, CNT-SO, CFDT et FO. L’intégralité des signataires est à retrouver sur le site du Forum syndical antiraciste.

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021