Discussion dans un petit groupe où on passe des commandes insolites. « Ca t’intéresse une PSP à 100 euros? Il y en a qui sont tombées du camion. » La PSP, c’est la nouvelle Play Station portable, qui est vendue 250 euros dans le commerce. Quelqu’un fait remarquer qu’il vient d’en acheter une à ce prix-là pour sa fille. « Eh, tu t’es fait rouler », se moque-t-on de lui. Tombés du camion également, des téléviseurs à écran plat de 65 cm, vendus 200 euros alors qu’ils sont 900 euros dans le commerce… Explication. Tombé du camion, ça veut dire qu’un groupe a vidé un camion de livraison dans la gigantesque zone industrielle de Garonor, à Aulnay-sous-Bois. Et qu’il écoule cette marchandise volée. On prend les commandes, on se fait livrer. Réglo. Et ça ne semble pas embarrasser grand monde. En tout cas les négociations se font assez ouvertement. 

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021