Je suis claquée, je suis limite sur le point d’abandonner mais mes engagements envers le Bondy Blog et le Maire du Grand-Pressigny m’obligent à continuer. Les jeunes changent d’avis en permanence, un coup ils viennent, un coup ils annulent. On a beau leur offrir un séjour à la campagne sur un plateau, ils s’en foutent ! Toute leur vie ils ont passé leurs vacances au bled, ils sont les premiers à s’en plaindre et quand tu leur proposes de visiter leur pays, la France, ils le prennent à la rigolade. J’ai parfois l’impression de les emmener à l’abattoir !

Pourtant, il y a plus d’un mois quand je leur ai proposé ce projet, ils étaient tous partants. A une époque, certains jeunes du quartier se seraient damnés pour participer à un de nos séjours, aujourd’hui, je ne retrouve plus cet engouement. Je ne sais pas ce qui s’est passé depuis. Même pour faire la photo de groupe, c’est la galère. La seule fille du groupe s’est désistée car elle avait oublié qu’elle avait déjà un engagement ailleurs.

Il faut dire que la plupart de ces garçons sont à la recherche d’un travail pour l’été car il s’avère que c’est aussi une des seules périodes où ils sont embauchés pour assurer les remplacements. Ils sont tous inscrits dans des agences d’intérim qui les appellent en cas de besoin. Ce qui veut dire qu’un seul coup de téléphone de l’unes d’entre elles peut faire capoter notre projet !

Je sais que les jeunes ont envie, mais surtout besoin de partir d’ici afin de découvrir autre chose et de quitter ce quotidien incertain mais depuis quelques temps la vie de chacun est devenue un peu plus compliquée avec l’inflation. Partir en séjour reste secondaire par rapport aux impératifs familiaux, c’est pour ça que je reste compréhensive et zen malgré tout.

Je sais que d’autres ados qui ne partiront pas en vacances cette année encore auraient voulu être des nôtres mais il n’y avait que 4 places et mon choix s’est arrêté sur ceux que je connais et dont je suis sûre qu’ils ne créeront pas de problèmes sur place. Les inconvénients narrés ci-dessus vont avec ces avantages-là.

Enfin bon, assez pleurnicher ! Il faut préparer les bagages, donner les dernières consignes : « Prends ton sac de couchage, des vêtements chauds pour la nuit… et n’oublie pas ta brosse à dents ! » On part en train corail demain, lundi 21 juillet, à 9h41 de la gare d’Austerlitz avec un changement de train à Tours, et on arrive à 13h à la gare de Châtellerault où Pierre Murcia viendra nous chercher avec sa camionnette.

Les parents sont unanimes pour dire qu’ils préfèrent savoir leurs fils à la campagne pour y réaliser des actions citoyennes plutôt que de les voir chômer et traîner en bas de leur immeuble à se faire contrôler par la police des dizaines de fois par jour. Il est clair que depuis l’affaire de l’agression du jeune Rudy, le 21 Juin, à deux rues de chez nous, on voit des cars de CRS partout et des policiers de toutes sortes (en vélo, en civil…) à tous les coins de rues. Quand on sait que les contrôles d’identité sont suivis d’une garde à vue pour « outrage à agent » une fois sur deux… C’est pourquoi cela me paraît une bonne idée de quitter le quartier de temps en temps.

Allez, une dernière recommandation avant de partir : « Soyez aimable les gars, pensez à vous lever à l’heure demain matin, j’ai pas envie de rater le train. – T’inquiètes pas Nadia, on n’est pas des gamins, on sera à l’heure ! – Si tu le dis ! »

Nadia Méhouri

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021