Quelle coupe vais-je faire cette fois-ci ? Voici une question qui titille toutes les têtes et encore plus celles des filles. Ma mère ayant un salon de coiffure afro, je maîtrise pas trop mal la catégorie « re-noi ». En voici les secrets. Vous pensez qu’en matière de cheveux, les demoiselles sont compliquées. Eh bien, pour les Noires, ça dépasse tout. Il ne s’agit pas seulement de savoir si on coupe, lisse ou frise les cheveux. Non, là, il est question, en plus, de mèches (les fameux rajouts) et de couleurs qui iront sur nos têtes. Il y a celles qui préfèrent garder leurs cheveux tels quels, défrisés ou crépus, et celles qui ne jurent par les tresses ou le tissage. C’est chacun son style mais le plus compliqué, l’instant clé, c’est le choix des mèches.

Pour les petits budgets, les mèches synthétiques (lisses ou frisées) feront l’affaire, mais impossible de les brocher. Beaucoup préfèrent donc opter pour les « Human Hair », qui se rapprochent davantage des cheveux naturels, plus chers et cependant très populaires (environ 30 euros le paquet). Dans une gamme supérieure, on trouve les vrais cheveux naturels, plus connus sous le nom de mèches brésiliennes ou indiennes. C’est le luxe. Elles atteignent des prix exorbitants, de 90 à 1000 euros le paquet. Elles sont très convoitées car le résultat est souvent bluffant.

Voilà, maintenant que vous savez quels types de mèches nous utilisons, il faut que je vous explique les subtilités des rajouts. Attachez-vous, c’est complexe. Pour indiquer à la coiffeuse afro la couleur et la longueur de cheveu voulues, on lui parle en numéros, et non pas avec des mots comme « bonds », « châtains », « longs » ou « courts ». Des chiffres qui peuvent sembler obscurs au premier abord mais très utiles, car ils permettent de codifier les différents types de mèches. Dans les boutiques spécialisées de Château d’Eau ou de Château Rouge, lieux emblématiques de la coiffure noire à Paris, ou dans n’importe quel salon de coiffure africain, vous pourrez entendre ceci: « Je voudrais les Amina Numéro 1B, 12 pouces s’il vous plaît. » Ça ressemble à un nom de code mais c’est bien le nom d’un produit. Amina désigne la marque du paquet. Le Numéro 1B ne correspond à la couleur noire de la mèche. Enfin, la désignation 12 pouces, est associée à la longueur du rajout, soit, ici, l’équivalent d’un mi-long. Tout cela paraîtra compliqué aux novices, mais on apprend très vite.

Il y a dix ans encore, beaucoup de filles et de femmes allaient se coiffer pour presque rien, chez une cousine ou une copine. Mais aujourd’hui, avec le développement des salons afros à Paris, nombreuses sont celles qui confient leurs cheveux aux mains expertes de professionnelles. L’attente est souvent longue, de une à deux heures, et se faire faire un tissage ou des tresses peut prendre le double voire le triple de ce temps. Mais que ne ferait-on pas pour être belle ? Jeune demoiselle recherche un mec mortel…

Axelle Adjanohoun 

Axelle Adjanohoun

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022