Tout est parti d’un quelconque spot publicitaire vu sur France 4 l’été dernier. On y retrouvait l’animateur Sébastien Folin lançant un appel à candidature pour les prochaines bourses de la Fondation France Télévisions. Une annonce comme une autre, qui n’a pas particulièrement retenu mon attention, davantage préoccupé par la programmation de ses grandes vacances. C’est seulement à l’approche de la rentrée que je décide de changer mon fusil d’épaule. Et pour cause, blanc-mesnilois de 24 ans, je me rends compte que je réponds aux conditions d’attribution de cette bourse, à savoir être âgé de 16 à 25 ans et vivre dans une zone rurale ou sensible. Mais aussi et surtout, c’est un bon moyen de mettre le pied à l’étrier dans un domaine que j’affectionne tant : le journalisme audiovisuel. C’est ainsi que je m’applique à préparer un dossier de candidature des plus solides. Et, pour mon plus grand bonheur, ça va payer. C’est par téléphone que j’apprends que le jury a jeté son dévolu sur moi. Assurément l’une des plus bonnes nouvelles de l’année 2012. La suite va le confirmer. Trois étapes alléchantes m’attendent en compagnie de cinq autres lauréats : trois jours de formation en octobre, une semaine de stage en décembre et un concours en mars 2013.

« En voyant le matériel offert, je me suis dit « wouah super! »

A notre arrivée à l’Université France Télévisions pour la formation, le décor est déjà planté. Des caméras professionnelles HD et des MacBook sont disposés aux quatre coins de la salle. Typiquement le matériel dont tout journaliste en herbe rêverait d’avoir en sa possession pour se faire la main. C’est timidement que nous nous emparons des outils mis à notre disposition. On est alors à mille lieues de s’imaginer que nous allons en devenir les propriétaires à l’issue de la formation. Une initiative de  la Fondation France Télévisions de mettre les petits plats dans les grands avec cette bourse inattendue mais ô combien importante pour la suite de notre carrière. Privilégiés, conscients de la chance qui nous est donnée :« C’est une expérience géniale et inoubliable. Je suis très heureuse d’avoir pu rencontrer des professionnels qui ont été très présents. En voyant le matériel offert, je me suis dit « wouah super ! Je vais enfin pouvoir faire ce que j’aime », confie Habiba, 23 ans, lauréate catégorie reportage.

Il faut avouer que c’est un sacré premier pas dans le métier. Et que dire du second ? Une semaine de stage dans un service de France Télévisions pour chacun des boursiers. Pour ma part, je suis placé au service Société/Culture du Journal Télévisé de France 2 pendant les fêtes. Présence aux enquêtes, tournages, montages et plateaux. Au bout d’une semaine, la construction d’un reportage télé n’a plus aucun secret pour moi. On me laisse même contribuer à la réalisation de certains sujets avant mon départ !  Une manière de clore 2012 idéalement. Et quand sonne l’heure du bilan annuel, les bourses de la Fondation France Télévisions représentent forcément l’une des principales satisfactions. Nul doute qu’elles le resteront en 2013 pour celui ou celle qui sortira vainqueur du concours final au mois de mars… Que le meilleur gagne !

Nordine Benali

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022