C’est officiel, je fais partie des « minorités ». Vous savez, il y a ces minorités institutionnelles, comme les Aborigènes d’Australie. Moi, je fais partie d’une minorité officieuse, celle des buveurs de Coca-Cola dans les soirées étudiantes. Tels ces peuples autochtones en voie de disparition, les gens qui ne boivent pas d’alcool se font de plus en plus rares.

Alors oui, quand dans une soirée où l’alcool coule à flot, je me cantonne à un verre de boisson gazeuse. Je suis out. Tout le monde a son verre de whisky coca, de vodka Red Bull, ou de Malibu orange. Je bois, ô honte à moi, une boisson non alcoolisée. Ce qui est étonnant, ce sont les remarques – quand vous avez la chance que l’on vous en fasse, puisque, avouons-le, avec un verre d’alcool à la main, vos chances d’entamer une conversation sont beaucoup plus grandes. « Ah, t’es pratiquante ? – Euh, je fais de la danse oui. – Non, mais tu ne bois pas d’alcool ? – Ah non, je n’aime pas ça. – T’es pas musulmane ? – Non, non. – Ah, ok, cool. » Fin de la discussion. « Cool », pas si sûr. Aujourd’hui, ne pas consommer d’alcool c’est être tout sauf « cool ». Au choix, on est has been, coincé, ou musulman.

J’ai cru dur comme fer à un slogan bien connu : « sans alcool, la fête est plus folle ». Ni obligation parentale, ni contrainte religieuse, si je ne bois pas c’est par conviction personnelle. Alors forcément, à l’heure des happy hours et du binge drinking, je fais figure d’ovni. L’alcool, c’est un peu comme avec le café. Etrangement, je me surprends à avoir honte d’avouer que je prends un lait chocolaté au réveil et pas un café noir. Hormis son icône George Clooney, entre hypertension, trouble du sommeil et encrassage des dents, le café n’a rien de très sain à m’apporter, pourtant, personne ne me contredira, prendre un Nespresso au p’tit dej’, c’est plus classe que d’engloutir un bol de Nesquick. Ah… les mœurs !

Avant de subir une exclusion sociale définitive, ou une extinction irréversible, la résistance est de mise. Faisons campagne face au diktat des buveurs super branchés. Un de ces soirs d’hiver, j’ai milité. Alors que j’atteignais les 30 degrés (Celsius) en me déhanchant sur la piste, une amie un peu trop éméchée pour se lever et danser, m’a attrapée par le bras et a fait éclater sa joie : « Wawww ! Tu danses comme une folle, t’es enfin bourrée comme moi ! » Je lui ai délicatement murmuré : « Non, moi, je m’amuse… »

Joanna Yakin

Paru le 10 janvier 2010

Joanna Yakin

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021