Je me demandais où l’on pouvait regarder les matchs de la CAN sur grand écran à Paris. Internet saura me le dire. Tu parles ! Rien du tout, hormis quelques bars qui retransmettent les parties. Pas un seul écran géant à l’horizon comme pour le Mondial ou l’Euro. Finalement, je tombe sur Diaspofone, « l’opérateur mobile pour l’Afrique et les DOM-TOM », qui organise ce lundi soir la diffusion de quart de finale Tunisie-Cameroun chez « Moussa l’Africain », un restaurant situé dans le 19e à Paris.

Pas bête, la guêpe : Diaspofone propose de voir la finale dans une salle de 1000 personnes avec ambiance garantie. L’opérateur surfe sur la CAN pour promouvoir ses puces à coût préférentiel pour l’Afrique et les DOM-TOM. Je ne connaissais pas cette société-là et je me demande si elle réussira à prendre des parts de marchés sur les cartes prépayés qu’on gratte.

Bref, après cet écran pub outre-mer, j’entre dans le vif du sujet. Le resto est fort sympathique, et c’est là que je me rends compte que je ne connaissais pas de restaurant noir africain. Ce type d’endroit est peu répandu à Paris, enfin c’est ce qu’il me semble. Le seul resto black que je fréquente, c’est le KFC ! L’intérieur de chez Moussa est stylé, beaucoup de sous ont été investis dans cette affaire ! Je n’ai pas eu l’occasion de goûté aux plats, mais j’en avait l’eau la bouche.

Le match commence, l’écran éclaire la salle obscure devant une trentaine de Camerounais et cinq Tunisiens, qui se chambrent dans une très bonne humeur. Le spectacle à l’écran est à la hauteur, du coup la salle est encore plus animée. J’engage la conversation avec un photographe qui a l’air d’en connaître un rayon sur les codes camerounais. « Tu vois cette table là-bas, c’est le Camerounais typique, il est riche et il entend le montrer, tu le vois à toutes les bouteilles de vin et la bouteille de champagne sur la table. Au Cameroun, les forts écrasent les faibles. Et si tu ne montres pas que tu es puissant, les autres ne le savent pas et là ils chercheront à t’écraser. L’autre table là bas, c’est le Camerounais authentique, match de foot, soda, poulet braisé, il est bien comme il est, faut pas le déranger. C’est celui qu’on retrouve dans les rues. »

Le match se termine, le Cameroun bat la Tunisie 3-2 après prolongations, il est plus de minuit et la galère ne fait que commencer pour rentrer à Bondy.

Chou Sin

  
Tunisie – Cameroun chez Moussa l’Africain
envoyé par Bondy_Blog

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022