COMMÉMORATIONS. Un an après les attentats du 13 novembre 2015, notre blogueuse Sabrina prend la plume et raconte comment elle a vécu et vit ces événements.

  1 an. Et pourtant j’entends encore la terreur résonner en moi. Les cris, les pleurs, la douleur, la souffrance, l’angoisse, la peur… C’était comme si c’était hier. Ce soir-là, j’étais chez des amis. Dans une bulle, nous rions devant de délicieux cocktails et quelques apéritifs. Nous étions heureux et innocents. Personne ne pouvait imaginer que cette « agréable » soirée se transformerait en cauchemar.

“Si on zappait sur TF1 voir où en est la France face à l’Allemagne ?”. Jusque là tout va bien : un but pour la France signé Olivier Giroud. Les sirènes de nos smartphones commencent à sonner de plus en plus fort. Plus le temps passe, plus elles se font stridentes. TF1 n’a pas encore arrêté son match. BFMTV est déjà sur le terrain. En une : massacre au Bataclan. Que se passe-t-il ? Pourquoi ?

Un peu plus tard, les images du stade de France. Principalement, celles des supporters qui courent dans tous les sens sur le terrain. Puis celles des footballeurs stoïques et effrayés. Je ne lâche pas la télévision de toute la nuit. La terreur est bien là, sous mes yeux. Et le pire, c’est que je ne peux rien faire. La peur, l’envie de pleurer m’envahit, mais je me retiens. J’ai du mal à réaliser. On dirait un cauchemar ou le pire des films d’horreur. La réalité me frappe en plein fouet lorsque je reçois l’appel de ma grand-mère qui m’appelle du Portugal, morte d’inquiétude. “C’est donc bien réel…”

Les jours ont passé, la France essaye d’aller de l’avant.  Malgré la peur de sortir et notamment celle de prendre les transports, les Français restent soudés et affrontent cette horreur. L’avenue de la République est recouverte de fleurs et de bougies, un peu comme dans un cimetière. Les messages d’amour, taggés sur les murs du monde entier, remplissent mon cœur d’émotion.

Aujourd’hui, je ressens toujours la même chose. Je pense à toutes ces victimes : celles qui ont laissé leur vie, et celles qui souffriront toute leur vie à Paris, Bamako, Bruxelles, Orlando, Nice, en Irak, en Syrie. Nous sommes lassés.

Sabrina ALVES

Articles liés

  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021
  • « J’augmente mon budget essence et baisse mon budget nourriture »

    Alors que la hausse des prix du carburant continue de s'approcher des records du mois d'octobre dernier, dans les quartiers on prend son mal en patience face aux chiffres de la pompe. Étudiants, travailleurs, mères célibataires, toutes et tous ressentent un poids supplémentaire sur leur budget, alors que le chèque énergie du gouvernement n'est attendu par personne. Témoignages.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 22/11/2021