Hier soir, j’ai invité Akim et Moustapha à manger – Kamel n’a malheureusement pas pu venir. Je voulais les remercier de l’accueil extraordinaire qu’ils m’ont réservé, de leurs coups de main, leur prévenance, et aussi de leur présence amicale malgré les 20 ou 25 ans qui nous séparent.

Nous sommes allés à Paris, de l’autre côté du fameux périphérique. Un très chouette petit bistrot italien, le Baraonda, rue René Boulanger, dans le 10e. On a mangé du poisson, je sirotais du vin et eux du Crodino.

A un moment, on a parlé de leur culture, du désir qu’ils ont de la transmettre à leurs enfants, de la crainte qu’elle ne se perde dans une ou deux générations et que les petits enfants ne comprennent plus leurs grands-parents. Ils m’ont demandé ce que j’en pensais. J’ai répondu que je respectais leur désir de transmettre une culture, mais qu’à terme, en effet, leurs enfants ou petits enfants auraient une identité différente de la leur, et que je ne pensais pas que ce soit un drame. Mais cette perspective les affecte, plus que je n’imaginais.

Nous avons parlé de la possibilité qu’ils retournent vivre dans leur pays d’origine. C’est un rêve, mais Moustapha ne semble pas y croire, alors que Akim paraît déterminé. Il ne minimise pourtant pas les problèmes qu’il aurait avec ce qu’il appelle « la mentalité algérienne ». Il a ces mots étranges: « Il y a quelques années je n’aurais pas dit cela, mais plus j’avance et plus j’ai l’impression que la France me pousse à faire le choix de retourner là-bas. »

A la sortie du restaurant, nous sommes montés dans la voiture de Akim, et ils m’ont fait voir Paris comme je ne l’avais jamais vue. On a roulé, les rues s’offraient à nous, c’était magique! Les grands boulevards, les Champs, la Tour Eiffel, la place de Clichy, Montmartre… On a fini devant le Sacré Cœur, à contempler l’immensité de la ville. Ils aiment venir là de nuit, m’ont-ils confié.

De là-haut, Paris est si proche et si lointaine. Le silence nous a gagnés. « Il commence à faire froid », a dit Akim, alors nous sommes montés en voiture et retournés à Bondy.

Par Alain Rebetez

Alain Rebetez

Articles liés

  • Au Parc des Princes, mouiller le maillot pour lutter contre les violences intrafamiliales

    Pour la journée des droits de l’enfant, 250 jeunes pris en charge par l'ASE ont foulé la pelouse du Parc des Princes. Au menu de la 2nd édition du Tournoi de l’Enfance : du foot, de la musique et des invités de marque. L'objectif était de sensibiliser à la cause des violences intrafamiliales et de rendre heureux les enfants concernés. Reportage. 

    Par Ayoub Simour
    Le 24/11/2022
  • 7 ans après la mort de Othmane, la famille va manifester devant le siège d’Otis

    Une nouvelle fois, l’ascensoriste se pourvoit en cassation. Depuis la mort de Othmane, sa famille se retrouve dans une bataille judiciaire sans fin. Bloqué dans un ascenseur, l’enfant de 7 ans est mort asphyxié. Sa famille poursuit le bailleur et la société Otis en justice. Mais l’ascensoriste rejette toute responsabilité et pointe « l’imprudence des parents ». Une manifestation se tiendra, le 24 novembre, devant le siège d’Otis.

    Par Céline Beaury
    Le 23/11/2022
  • À Bobigny, la justice des mineurs dans « une situation intenable »

    Le tribunal pour enfants de Bobigny tire la sonnette d’alarme. Les greffières se retrouvent régulièrement en sous-effectif, une situation qui entraîne l’annulation d’audiences pour un public pourtant très vulnérable. Le 22 novembre, les syndicats dénonçaient « une justice toujours plus dégradée au tribunal de Bobigny ».

    Par Marie Koyouo, Héléna Berkaoui
    Le 23/11/2022