Lansala attendait les vacances avec impatience, les beaux jours, les terrasses de café, les filles…mais voilà la majorité de ses potes font le Ramadan. Alors si l’été sera chaud pour tout le monde ou presque, il risque aussi d’être long pour Lansala.

On a tous cette petite phrase à la bouche : « l’été sera chaud » ! Cette année pour couronner le tout, le soleil fait sa star et peine à nous balancer ses rayons. Lunette de soleil, débardeur, pantacourt, jupe (merci les filles) sont de sortie. Pas facile d’être célibataire quand la beauté des femmes est à son zénith. Les dernières semaines de travail sont particulièrement dures, mon esprit est déjà loin, vraiment très loin. Pas de palmiers, ni de cocotiers cette année, non malheureusement rien de tout ça !

On se ravise, on se console avec les soldes, les maigres bourses en prennent pour leurs grades. Eh ouai, un jeune homme cherche du bon temps et je vous assure qu’il va tout faire pour le trouver ! Tournée des bars, des clubs, des jardins, des rues de Paris, le bonheur peut, paraît-il, se trouver à chaque coin de rue. Je vous assure que moi et mes 36 millions d’amis on va …

Petite rectification, moi le sans amis… . J’étais sur un nuage je vous l’accorde, la réalité me rattrape et me tacle à la gorge. Quand je demande à la plupart de mes acolytes : est-ce que ça bouge cet été ? Les réponses varient : « je travaille », « non tu le sais très bien », « ça commence mardi … »

Mes potes comme j’aime les appeler seront momentanément indisponibles. La plupart feront le ramadan. Je ne vais pas blâmer la foi de mes camarades, mais c’est juste que pendant cette période de l’année je déprime. Les pubs, les boites sont à proscrire ! Les questions existentielles fusent. Mais avec qui vais-je tenir le bar ? Qui va vouloir se coltiner un débauché ? Personne ! Les kebabs turcs, les chickens appelez-les comme vous voulez, tous ces restos dont je suis friand seront en voie de disparition. Connaissez-vous des personnes sachant cuisiner des mets alléchants, sans saliver, sans y goûter ? J’ai même appris récemment que mon coiffeur le temps d’un mois partira en vacance à Bamako.

Je me présenterai sous le nom de Lansala Crusoé, un blogueur/chroniqueur aux cheveux et à la barbe énervés. J’avais une once d’espoir dans les bras du 7e art. Le problème est que je ne peux pas aller au cinéma sous le cagnard, sans y consommer la moindre gorgée d’une boisson désaltérante. De plus le respect et l’empathie m’empêchent de manger devant quelqu’un qui ne mange pas ou qui a faim.

Il ne me reste donc qu’une solution : m’exiler loin, partir dans un couvent un monastère … Écrire jusqu’à ne plus en pouvoir et revenir avec un best-seller, soit dit en passant, j’ai le droit de rêver. J’ai le moral à zéro et j’en profite pour faire une petite annonce : vous savez ma porte est et sera toujours ouverte pour réceptionner des bricks, des pastels, des beignets, des gâteaux et toutes sortes gâteaux orientaux !

Lansala Delcielo

Articles liés

  • Grève des sans-papiers : « On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! »

    En Île-de-France, près de 300 travailleurs sans-papiers ont entamé une grève face à un système d'emploi qui pousse à l'exploitation durable sans régularisation. Une main d'oeuvre pas chère, qui subit des cadences toujours plus difficiles dans des secteurs clés de la vie quotidienne. Reportage.

    Par Olorin Maquindus
    Le 27/10/2021
  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021