Qui dit coupe du monde, dit presque automatiquement ferveur nationale, fêtes et matraquage médiatique. Pas pour tous les sports malheureusement. Les handballeurs masculins ont pourtant remporté ce titre en 2001 et 1995 mais l’engouement national était un pet de lapin comparé à la ferveur qui a accompagné le mondial de foot en 1998. Et depuis, aucune évolution. Pourquoi ce sport que les profs adorent tant faire pratiquer n’a-t-il pas la reconnaissance qu’il devrait avoir ?

Les licenciés de handball sont les premiers touchés par la non médiatisation de leur sport favori. Sur les chaînes grand public, pas un match de ce mondial. Seule Sport Plus, une chaîne réservée à des abonnés, propose quelques affiches. Si la France était parvenue en demi-finale ou en finale, peut-être que France Télévisions l’aurait retransmise. Hélas elle a été éliminée hier en quart contre les Roumaines. Le handball français a donc perdu doublement : d’abord en ne parvenant pas en finale, puis, par voie de conséquence, en restant dans l’ombre des caméras. Néanmoins, la compétition continue ce week-end avec les demi-finales le samedi et la finale le dimanche !

Handball : on vibre pareil !

Chou Sin

Articles liés

  • Thérapie de conversion : du discours religieux à la psychanalyse

    Alors que le Parlement se penche depuis ce mois d'octobre sur l'interdiction des thérapies de conversion, Miguel Shema s'est penché sur le documentaire 'Pray Away'. Film documentaire qui fait la lumière sur l'entreprise américaine Exodus, qui pendant des années à promis à des milliers de membres de la communauté LGBTQI+ de changer d'orientation sexuelle. Des pratiques qui passent par l'usage d'une sémantique psychologique et non religieuse. Analyse.

    Par Miguel Shema
    Le 26/10/2021
  • La Brigade des mamans contre les amendes abusives de leurs enfants

    Dans de nombreux quartiers, les jeunes sont victimes d'une nouvelle arme sur-utilisée par les agents de police : les amendes. Parfois lancées sans même avoir rencontré les jeunes. Un phénomène à l'origine du surendettement de nombreuses familles. Pour se prémunir de ce fléau, à Belleville (Paris), des mamans veillent et sortent dans la rue jusque tard pour protéger leurs enfants. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 22/10/2021
  • À la petite boutique de Stains, le handicap a toute sa place

    Pour son premier reportage sur le terrain, Kadidiatou Fofana, en classe de seconde, s'est rendue à La Petite Boutique de Stains (Seine-Saint-Denis) qui agit pour l'emploi des personnes en situation de handicap. L'occasion pour elle de rencontrer Ophelie Esteve, qui gère les activités du lieu. Reportage.

    Par Kadidiatou Fofana
    Le 21/10/2021