Qui dit coupe du monde, dit presque automatiquement ferveur nationale, fêtes et matraquage médiatique. Pas pour tous les sports malheureusement. Les handballeurs masculins ont pourtant remporté ce titre en 2001 et 1995 mais l’engouement national était un pet de lapin comparé à la ferveur qui a accompagné le mondial de foot en 1998. Et depuis, aucune évolution. Pourquoi ce sport que les profs adorent tant faire pratiquer n’a-t-il pas la reconnaissance qu’il devrait avoir ?

Les licenciés de handball sont les premiers touchés par la non médiatisation de leur sport favori. Sur les chaînes grand public, pas un match de ce mondial. Seule Sport Plus, une chaîne réservée à des abonnés, propose quelques affiches. Si la France était parvenue en demi-finale ou en finale, peut-être que France Télévisions l’aurait retransmise. Hélas elle a été éliminée hier en quart contre les Roumaines. Le handball français a donc perdu doublement : d’abord en ne parvenant pas en finale, puis, par voie de conséquence, en restant dans l’ombre des caméras. Néanmoins, la compétition continue ce week-end avec les demi-finales le samedi et la finale le dimanche !

Handball : on vibre pareil !

Chou Sin

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022