Après des mois de révisions, après que le conseil de classe soit passé, après avoir fait l’écrit de français puis les sciences. Place à l’oral de français.

Mardi 26 juin 2012 à 8h30 : c’est ce qui est indiqué sur ma convocation. Cette convocation qui m’a été remise par mon CPE dans le courant du mois de mai, celle qui a rendu ces révisions concrètes. Comme disait mon amie Sophia « Là c’est écrit noir sur blanc, on peut pas y échapper, c’est le début de la fin« . Oui tout est clair et c’est bizarre d’avoir cette réalité entre les mains.

Le lycée y est indiqué : Lycée Sainte Clotilde, Le Raincy. Personne ne sait où il se trouve, par contre, tout le monde pense que ça ne sent pas très bon… Effectivement, en regardant sur internet on se rend compte que ce lycée a une très très bonne réputation, le niveau est très élevé, les profs très exigeants et à notre grande surprise, c’est un lycée privé. On fera avec : de toutes façons on n’a pas le choix.

Le Jour J

00:00 « Mardi 26 juin » indique mon portable, je suis encore à mon bureau en train de revoir le théâtre, le thème que j’ai le moins révisé.

00:35 Le stress survient quand je me rends compte que je connais bien mes 18 textes analytiques, mes 20 textes complémentaires, mais un, un seul m’a échappé. Et si je tombais dessus !?! Avec la chance que j’ai, c’est possible !

00:45 Dans mon lit, je pianote sur mon téléphone pour me remettre en tête Hernani, le texte qui peut être fatal pour moi.

01:00 Il faut absolument que je dorme, je me réveille dans 5h « je n’arriverais jamais à me lever et si ça se trouve je vais tomber sur Hernani, non s’il te plait Victor Hugo va toquer chez quelqu’un d’autre demain, je t’en supplie« .

06:00 Le réveil sonne. Pas le temps de traîner, pas aujourd’hui. Il faut être là-bas une demi-heure plus tôt et je veux relire toutes mes fiches avant de partir.

07:20 Départ de la maison, mon père a insisté pour m’y accompagner « t’es toujours en retard et aujourd’hui, ce n’est pas le jour » dit-il.

07:45 Il faut que je sois à 8h dans ce fameux lycée et la rue est introuvable, mon père commence à perdre patience parce qu’on tourne autour mais on n’arrive pas à rentrer dans la rue en question, ça n’arrange rien au stress.

07:58 Enfin!!! On trouve ce lycée, « salut papa à tout à l’heure, je trouverais la gare pour rentrer, t’en fais pas« .

07:59 Après avoir cherché mon nom sur toutes les feuilles, je suis face au bâtiment, en avant !

08:00 Je suis avec deux de mes camarades, une de mes copines tente de détendre l’atmosphère en racontant sa petite vie.

08:05 D’après la liste qui est affichée à l’entrée de la salle en question, je passe la première…

08:15 L’examinateur n’est toujours pas arrivé

08:20 Une surveillante vient nous voir « les examinateurs ne sont toujours pas arrivés ? Bizarre« . S’ils ne veulent pas venir il n’y a pas de problèmes à condition qu’ils nous mettent une note proche de 20…

08:22 On sympathise avec d’autres élèves, on n’a pas du tout travaillé sur les mêmes textes.

08:25 « Tu savais que si quelqu’un meurt dans le lycée, on a tous notre bac » lance une copine.

08:29 Un monsieur arrive dans le couloir avec son cartable : « bonjour !« . Il entre dans ma salle.

08:32 Il en ressort. « Mademoiselle Sarah Ichou« . Oui, je crois que c’est moi, enfin je crois…. A ce moment là, je suis physiquement présente mais mentalement, pas vraiment. « Pas Hernani s’il vous plait, s’il vous plait!!!! » pense-je.

08:35 « Veuillez signer ici. Voila le texte sur lequel vous devez travailler et la question est : comment l’engagement est renforcé dans ce poème, vous avez 30 minutes. » OUF ! Le texte me convient, en tous cas ce n’est pas Hernani, concentration maximum.

08:55 Il me reste 10 minutes et j’arrive à la fin de mon raisonnement. J’ai plutôt bien géré mon temps : comme quoi, on ne révise jamais pour rien… L’avantage quand on passe la première, c’est qu’il n’y a personne devant soit qui expose son texte. On a donc plus de facilité pour se concentrer.

09:05 « Allez Sarah,  c’est à toi de jouer ! » me dis-je.

09:15 Mon explication de texte est terminée. J’ai tenu le temps qui fallait tenir, jusqu’ici tout va bien.

09:16 L’entretien commence. Je réponds aux questions du mieux que je peux, mais, l’examinateur insiste sur sa question et malgré mes réponses assez recherchées, sans vouloir me vanter, il persiste et veut à tout prix obtenir SA réponse. Après avoir cité d’autres auteurs et même quelques philosophes, avoir parlé de plusieurs courants littéraires et des différences entres les classes sociales au XVIIème siècle, je finis par sortir la réponse qu’il attendait tant : « les fables, ça se lit facilement » « Eh bien voilà, tout simplement ».

09:30 « Mademoiselle, il vous reste 5 minutes si vous voulez parler d’un de vos textes complémentaires ». Un peu que je veux en parler ! Je les connais par cœur mais maintenant qu’on est resté 237 ans sur cette fameuse question… On va essayer de faire vite et bien.

09:33 « Il vous reste 2 minutes : il faut penser à conclure ».

09:35 Voilà c’est terminé. « Merci, bonnes vacances ».

Une fois la porte fermée, la tension disparaît. Je vois ma copine sur sa chaise impatiente de passer, rongée par le stress. « Bonne chance, c’est fini pour moi, enfin !« .

En route pour la gare, mais où se trouve-t-elle ? J’avais oublié que c’est un vrai labyrinthe cette ville, mais rien n’est grave ce matin maintenant que cet oral est passé. Au téléphone avec ma mère pour lui dire que tout s’est plus ou moins bien déroulé, je marche sans même savoir où je vais mais le cœur léger…

Après les résultats des Terminales vendredi dernier, il a fallu qu’on attende une semaine supplémentaire pour avoir les nôtres. Une semaine assez longue… C’est sur internet que tout se passe. Rendez-vous sur le site resultat.siec.education.fr pour avoir le verdict final, mais pas de pression, au pire on pourra toujours se rattraper l’année prochaine !

Sarah Ichou

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021