Mardi 25 septembre, dans mon ancienne école André Boulloche de Bondy. Pour moi, un retour dans le passé, de beaux souvenirs. Mais, la raison de ma venue me tourne vers l’avenir. J’assiste ce soir-là à une réunion dont l’objet est la présentation du projet de rénovation du quartier de Terre-Saint-Blaise. Sont principalement concernées les rues des Escholiers et Grandgousier. Dans la salle, il y a pas mal de têtes que je connais. Normal, ce sont mes voisins. L’ambiance est chaleureuse et conviviale. Ça papote, ça bruisse de rumeurs: une rénovation urbaine, c’est aussi de la destruction urbaine.

La réunion commence par la projection de l’ensemble du projet, en présence des différents acteurs, le bailleur I3F, la mairie (photo: le maire Gilbert Roger, debout), etc. La mise en place de ce projet a débuté il y a environ cinq ans. Un groupe d’habitants, parmi ceux qui seront les premiers touchés par cette réhabilitation, ont été sollicités pour faire un diagnostic sur les dysfonctionnements du quartier, suivi de nombreuses concertations. Belle action citoyenne, belle démocratie participative, je dirais. Des sommes d’argent colossales ont été mises à disposition de la ville de Bondy, près de 250 millions d’euros au total, pour rénover De Lattre De Tassigny, Le 14 Juillet, Les Merisiers, Noue Caillet et mon quartier, Terre-Saint-Blaise. Ces montants sont principalement affectés aux quartiers nord de la ville – il était temps.

La part pour le mien s’élève à 34 millions d’euros. Voici les détails. Le projet prévoit la démolition de deux grands immeubles entre 2009 et 2012: la barre des Escholiers qui regroupe 188 logements sur 12 étages et la tour Y avec 135 logements sur 15 étages. Les habitants s’inquiètent: « Mais où irons-nous ? Notre histoire c’est Bondy », fait remarquer l’un d’eux. La question qui taraude les esprits, c’est le relogement, d’autant plus que certains résidents sont dans le quartier depuis plus de 30 ans. « Ne vous inquiétez pas, nous serons à votre écoute. Chaque famille à sa vision de son avenir et sa propre histoire », répondent les responsables de la rénovation.

Une enquête sociale sera diligentée d’ici la fin d’année afin de prendre en compte les besoins et les attentes de chacun. « Avant de nous reloger il faut d’abord construire, comment allez-vous faire ? », s’enquiert un habitant. Gilbert Roger, le maire, se veut rassurant: « Il y aura de nombreuses offres de logements disponibles sur Bondy car de nouveaux bâtiments vont être construits et ils seront réservés en priorité pour les relogements », dit-il. Il est prévu de construire 172 logements neufs (des bâtiments relativement bas, de trois ou quatre étages), ainsi qu’un centre commercial de proximité. Il y aura aussi plus d’espaces verts.

Est-ce la bonne solution pour permettre à ce quartier si amoché de revivre dans un environnement agréable ? En tout cas, ce sera toujours mieux que ce dont nous disposons. « On peut vous promettre qu’il sera plus beau et complètement amélioré… Mais pas sûr qu’il puisse résoudre tous les problèmes d’une cité, sinon ça se saurait », affirme une responsable du bailleur I3F. A mon avis, ce sera là l’occasion de faire un grand pas en avant. Je l’espère du moins.

Katy Huynh

Katy Huynh

Articles liés

  • 2 ans après la mort de Sabri, la famille demande toujours justice

    Samedi 21 mai 2022, à Argenteuil, une marche blanche a été organisée par la famille de Sabri Choubi. Mort, il y a deux ans, dans un accident de moto, les proches demandent des réponses dans cette affaire qui impliquerait un véhicule de la BAC. Reportage.

    Par Audrey Pronesti
    Le 23/05/2022
  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022