« À la violence et à la bêtise, nous répondons courage et solidarité ». Ce sont les mots que l’on peut lire sur la grande banderole rouge accrochée à la façade de la médiathèque John Lennon. Ce mercredi soir, les habitants du quartier des 4 000 de la Courneuve en Seine-Saint-Denis, ont organisé ce rassemblement une semaine après l’attaque de la médiathèque dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 juin. Aux alentours d’1h du matin, une voiture-bélier a foncé dans l’établissement culturel public qui a ensuite pris feu. Ce n’est qu’au bout de deux heures que les pompiers ont maitrisé les flammes. Heureusement, aucune personne n’a été blessée mais la quasi totalité des fonds documentaires, livres, cd, magazines, revues, est partie en fumée.

Hommage et souvenirs place de la Fraternité

Une semaine plus tard, place à la convivialité et au réchauffement entre habitants du quartier. Ils sont une cinquantaine ce mercredi à être venu témoigner leur refus de la violence et leur attachement à la médiathèque. Sur la place de la Fraternité, qui porte aujourd’hui particulièrement bien son nom, toutes les générations ont répondu présentes. Car la médiathèque n’était pas qu’un lieu de connaissances et de savoir, c’était aussi un endroit de lien social, de rencontres et d’interactions.

Une cinquantaine d’habitants des 4 000 de la Courneuve s’est retrouvé autour d’un verre pour rendre hommage à la médiathèque John Lennon attaquée et incendiée il y a une semaine

« Cela nous rend tristes, on est écœuré car cette violence ne donne pas une belle image de notre quartier », dit Annie Viber, qui se définit comme militante associative. Cette femme de 71 ans vit dans le quartier depuis 1972. Elle a consacré l’essentiel de son temps au service de la jeunesse à travers les associations de la commune. Difficile pour elle de digérer ce qui est arrivé à ce lieu de culture. « Je ne comprends pas. Ça fait des dizaines d’années que je me bats contre toute forme de violence dans notre commune. J’essaye souvent d’instaurer le dialogue permanent et l’esprit du vivre ensemble ».

Peu à peu, en cette soirée chaude de juin, le nombre d’habitants augmente, des petits groupes se forment et les échanges se multiplient. Chacun amène un petit quelque chose comme participation au repas. Sur la table, des bouteilles de sodas, des jus de fruits, des cakes, des biscuits, des chips, du riz en sauce et un très grand gâteau avec l’inscription « Médiathèque John Lennon ».

Lorsque je devais passer mon CAP pour être secrétaire, je passais souvent mes journées ici à travailler. Et jusqu’à aujourd’hui je ne peux pas me passer d’ elle

Noue Houngdedji, mère de famille de 48 ans, est à l’initiative de ce rassemblement. Avec son boubou traditionnel et ses lunettes carrées, elle évoque de bons souvenirs liés à cette médiathèque : « Lorsque je devais passer mon CAP pour être secrétaire, je passais souvent mes journées ici à travailler. Et jusqu’à aujourd’hui je ne peux pas me passer d’ elle ». Elle rappelle les conséquences désastreuses pour les habitants du quartier. « On est presque en période de grandes vacances. La médiathèque était un moyen pour les gens, et surtout pour les enfants qui n’ont pas la chance de partir en vacances, de pouvoir passer leurs journées ici à jouer et participer aux activités culturelles. Voir aujourd’hui la médiathèque entourée par des grilles m’envahit de tristesse. Car j’ai avec elle un lien fort de vie ». 

Noue Houngdedji, mère de famille de 48 ans et habitante des 4 000, est à l’initiative de ce rassemblement.

On est déçu. Nous sommes en vacances et on ne sait pas quoi faire. Ici, c’était le seul lieu pour s’évader. Maintenant, on s’ennuie

Les quelques jeunes présents ne disent pas autre chose. Comme Siyaibou Konaté, 11 ans, Ahmed El Haconmo 12ans  et Amine Meliani 13 ans. Assis à l’autre bout de la table, tous les trois élèves au collège Jean Vilar à la Courneuve, partagent le même attachement à la médiathèque John Lennon. Leurs têtes sont remplies de belles images des activités auxquelles ils ont participé. « On est déçu. Nous sommes en vacances et on ne sait pas quoi faire. Ici, c’était le seul lieu pour s’évader. Maintenant, on s’ennuie ». 

Siyaibou Konaté, Ahmed El Haconmo et Amine Meliani, collégiens du à Jean Vilar à la Courneuve, témoignent par écrit de leur attachement à la médiathèque John Lennon

Vers 19h, enfants et parents s’assoient sur les bancs munis de feuilles et de stylos pour écrire quelques mots sur cette médiathèque avant de les lire à haute voix. Les souvenirs d’enfance restent parmi ceux qui reviennent avec le plus d’émotion. Dans le public, l’écoute est attentive. Amine*,  20 ans, jeune étudiant en licence de sciences politiques à l’université Villetaneuse, est lui venu manifester sa colère. « Quand tu t’attaques à la culture et à la connaissance, c’est grave. Ça veut tout dire. Et c’est terrible. Ce qui est grave c’est que cet acte est intentionnel ». 

Vincent Kulesza, 28 ans, responsable de la vie associative de la commune, voit dans ce rassemblement une très bonne chose malgré les circonstances. « On voit que la notion du vivre ensemble existe réellement ici aux 4 000. Je réitère mon soutien aux habitants ».

Quel avenir pour la médiathèque ? « Un comité de suivi a été mis en place et finalise en ce moment-même les solutions. Une réunion décisive aura lieu demain« , nous affirme Gilles Poux, maire de La Courneuve qui promet une communication à ce sujet en début de semaine prochaine.

Kab NIANG

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022