Nous l’appellerons Madame X. car pour cette femme un anonymat total est nécessité absolue. Cette jeune femme qui a deux enfants à charge subit des violences conjugales. En mars dernier, enceinte de six mois, sous la violence des coups, elle craque et va porter plainte. Le commissariat recherche cet individu également comme auteur de nombreux actes délictueux. Repéré, son ex-conjoint est alors arrêté et mis en prison. Une femme battue de moins ? Pas tout à fait…

La réaction ne s’est pas fait attendre : elle l’a trahi, il la tuera dès qu’il sortira. Les menaces sont précises, répétées et proférées devant la police et devant témoins. Ce n’est pas un hasard… C’est connu, la banlieue est un grand village, les mots prononcés d’un bout de la ville sont entendus de l’autre, voire dans les autres villes. Le large réseau de connaissances de Monsieur interdit donc à Madame X. d’être hébergée par sa famille ou par des amis, par peur des représailles. Elle n’est plus en sécurité dans aucune des cités qui acceptent d’offrir un logement aux cas dits « difficiles ». L’un des enfants a été déscolarisé.

Ariane

Ariane

Articles liés

  • L’urgence d’apprendre à nager en Seine-Saint-Denis

    Dans le cadre de l'opération "savoir-nager", quatre bassins éphémères vont se relayer tout l'été dans différentes communes de Seine-Saint-Denis pour enseigner la natation dans le département le plus carencé en infrastructure, où un élève sur deux ne sait pas nager en entrant au collège. Reportage.

    Par Meline Escrihuela
    Le 28/07/2021
  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021