LA MESSE EST DITE. Premier épisode d’une nouvelle série lancée par Lansala, chroniqueur dominical. L’actualité en images, en mots et en flow.

La vie suit son cours, je laisse mon empreinte le temps d’un set !

De nos jours les valeurs se perdent, je pense que manger du cheval à son insu ranime l’esprit chevaleresque ! J’entends d’ici l’écho du triple galop laissé dans vos estomacs. On s’indigne avec grande éloquence, alors qu’un tartare de cheval serait le bienvenu dans vos grandes bouches estomaquées. Après la danse des canards, le Gangnam style (la danse du cheval), on a le remix roumain produit par Findus.

La question, je vous la pose en long et bien sûr en large, que faire quand le voile de l’hypocrisie obstrue les cons citoyens ? C’est à méditer ! Cette frénésie autour de la viande n’est pas nouvelle ! Je ne pourrai pas remonter à la création du monde ou à l’ère néolithique, mais quelques rappels suffiront !

La tremblante du mouton, la grippe porcine, la vache folle, la naissance de Dolly, la grippe aviaire. La liste est longue et bien sûr longue effarante ! Des noms se bousculent ! Des kilos de flash-back en pièces jointes viennent vous triturer l’oesophage. Tous ces noms de malades ou de dérives de ces viandes avariées ont alimenté ce feu médiatique. Beau méchoui ! Pourquoi nous en sommes là ?

En un sens, la polémique du cheval n’est qu’une goutte d’eau dans cette psychose épisodique ! Aujourd’hui c’est du canasson, avec une pincée d’esbroufe et de coriandre ! Demain ça sera quoi ?

Flash spécial : Nous avons trouvé de la graisse de porc dans de la margarine et du serpent dans de la mortadelle ! Voilà comment mettre K.O sans gants, mais juste avec une info ! On peut essayer avec tous les signes astrologiques chinois ! Un fin cuisinier vous le dira aisément, on peut conjuguer ces animaux à toutes les sauces !

Il y a du souci à se faire, car on mange tout et n’importe quoi ! Quand on a un appétit vorace, l’estomac n’est pas client de petite futilité ! Manger comme si demain n’est plus ! Un bon titre de film, mais à la fois une triste réalité. Manger comme si on avait perdu la vue ! Autant manger les yeux fermés, car nous ne savons pas réellement ce qui se cache dans notre assiette ! Sweeney Todd le diabolique barbier de Fleet street donnerait-il des idées à nos bouchers ? Si c’est le cas préparez-vous à manger vos voisins à petite bouchée !

C’est une éternelle mascarade qui se trame sans mascara !

Lansala Delcielo

Articles liés

  • La solidarité sur tous les champs à Villetaneuse

    #BestofBB À Villetaneuse, les générations se mêlent autour des potagers solidaires et du cinéma. L'association l'Autre champ et le collectif du Ver Galant organisent des distributions de fruits et légumes, des ateliers jardinages, des séances de cinéma pour faire éclore le lien social dans cette période de pandémie. Reportage.

    Par Eva Fontenelle
    Le 27/07/2021
  • Des jeunes surendettés à cause des amendes du couvre-feu dans les quartiers

    Des familles entières se retrouvent endettées à cause de salves de contraventions liées aux mesures sanitaires. Des associations dénoncent un « phénomène d’ampleur grandissante » et « une application disproportionnée et discriminatoire des mesures ». Une enquête en partenariat avec Mediapart.

    Par Anissa Rami
    Le 26/07/2021
  • La cantine des femmes battantes : solidarité féminine, ambition et cuisine

    #BestOfBB Lancée en fin 2019, l’association dionysienne La cantine des femmes battantes vise l’émancipation des femmes précaires grâce à la cuisine. Tous les weekends, Aminata, Mariame, Maïté et Fatou se réunissent pour cuisiner, vendre et livrer une cinquantaine de plats à Paris et en Seine Saint Denis. Issues de parcours compliqués, ces cuisinières ont décidé de monter l’association dont elles avaient besoin, afin d’aider, par la suite, les femmes qui leur ressemblent. Reportage.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 26/07/2021