Mercredi après-midi, aux alentours de 14 heures, un jeune est mort devant son domicile des suites de ses blessures à Bondy Nord. Âgé de tout juste 21 ans, Dany, surnommé Daco a été victime de tirs de balles de 9 mm. D’abord visé à la jambe, il en a reçu une en pleine tête. Transporté d’urgence vers une caserne de pompiers, il est rapidement décédé.

Dany marchait dans une rue de son quartier avec un ami à lui qui en est sorti indemne, lorsque des jeunes en voiture noire les ont pris pour cible. Au total, au moins 4 coups de feu ont été tirés et le véhicule a rapidement quitté les lieux après le drame.

Tout le quartier et son entourage restent encore sous le choc. Les larmes ne cessent de couler pour « ce jeune au cœur d’or » comme le surnomme une amie à moi habitant ce quartier. Elle a grandi avec lui, il était également un très bon ami de son petit frère du même âge que Dany. Elle décrit Dany comme quelqu’un qui  : « a toujours été là pour sa famille, ses amis. Toujours là pour protéger ceux qu’il portait dans son cœur. Gentil, dévoué, il était disponible pour les gens qu’il aime à tout moment. Tu pouvais l’appeler au bout du monde il venait ! Il avait toujours le sourire, et ne pouvait s’empêcher de faire des blagues. C’était un mec en or et malgré son passé taché par un épisode où il a fait de la prison, il voulait vraiment refaire sa vie ! »

Connu des services de police pour « trafics de stupéfiants » selon la Préfecture notamment, il avait visiblement décidé de changer sa vie. Mais son appartenance à un groupe de rap de Bondy Nord, la STT aura provoqué sa fin. Ce groupe revendique son authenticité : « On met en musique ce qu’on vit, ce qu’on aime, ce qu’on ressent et ce qu’on voit » indique leur page Facebook. Il s’agit aussi d’une bande de potes ayant grandi ensemble.

Cependant des rivalités anciennes avec une autre bande de jeunes de la ville serait à l’origine de ce meurtre. En effet, les conflits et bagarres étaient fréquents. Lorsqu’un groupe tombait sur un membre de la bande rivale, il ne se gênait pas pour le tabasser. C’était monnaie courante et ils se vengeaient la fois suivante et vice-versa. Jamais auparavant il n’avait été question de tirs d’arme à feu et de mort. Mais là, il s’agirait « d’une affaire de business » selon certains habitants du quartier. A Bondy, des bruits courent sur le fait qu’il n’était que le premier et que toute la STT était visée . Tout cela reste flou pour le moment mais les coupables sont activement recherchés.

« Hier soir, tout plein de monde s’est déplacé que ce soit des parents, frères, cousins, amis, Noirs, Blancs, Arabes, Chinois, Africains, Antillais… Tout le monde était là pour donner du soutien et de la force à la famille » précise mon amie et proche du défunt Dany. D’origine cap-verdienne, Dany manque déjà beaucoup à ses amis… « Ils ont abattu mon fils comme un chien » confiait sa mère entourée de tout ce monde. Pour le moment, la famille du principal suspect à été placée en sécurité et a dû quitté son appartement de Bondy Nord. Le voisinage craint que les jeunes du quartier ne soient pris d’un désir de vengeance, même si l’heure est au recueillement.

Inès El laboudy

 

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021