Aminata habite le 19e arrondissement de Paris. Elle a bien voulu répondre à mes questions, mais a refusé de se faire prendre en photo sans l’accord de son mari. « J’ai commencé à mettre le voile quand je me suis mariée. Le porter, ça me rassure et ça reflète exactement ce que je suis. C’est très romantique de choisir de n’être vue que par l’homme qu’on aime, c’est une barrière contre le regard des autres. Mais au-delà de ça, c’est ma conviction personnelle et religieuse qui me conforte dans mon choix. »

« Bondy Blog : Vous avez deux filles, quels conseils leur donnerez-vous par rapport au port du voile ?

Aminata : Elles feront le choix qu’elles veulent. Ma mère ne m’a jamais rien imposé, je ferai de même avec mes filles.

Quel regard les gens ont-ils sur vous ?

Le regard de certaines personnes est très violent, mais je les ignore. Des gens, parfois, croient que je ne comprends pas le français, alors que je suis née ici et que je suis juriste de formation. Je ressens une grande intolérance de la part de certaines Maghrébines. Elles ne conçoivent pas que ce soit un choix de ma part et que je ne subisse aucune pression. J’aimerais que les gens dépassent ça et qu’ils aient moins de préjugés.

Et au travail, comment ça se passe ?

Je suis actuellement en congé parental. Je pense que je resterai au foyer par la suite, car avec trois enfants et un mari qui travaille beaucoup, c’est ma place. »

La majorité des femmes voilées que je connais ne sortiraient jamais dans l’espace public sans leur voile. Et de plus en plus de jeunes filles optent pour le port de cet accessoire religieux, de leur plein gré, disent-elles. D’autres femmes non moins musulmanes ne conçoivent pas, à l’inverse, de sortir la tète couverte en France. Pour elles, la religion est dans le cœur avant tout. C’est le cas de Malika : « Moi, je suis contre, pourtant je suis très pratiquante. Mais les femmes de ma famille le portent presque toutes. Elles m’ont longtemps fait des remarques jusqu’au jour ou mon mari les a remises à leur place en leur disant de s’occuper de leurs affaires. »

Nadia Méhouri

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021