Racisme, complotisme, paranoïa, refus de la science : Renaud Camus chez France Culture

C'EST CHAUD mardi 4 juillet 2017

Par Miguel Shema

Fantasme d’un pseudo “grand remplacement”, apologie d’une “vérité par l’expérience“, refus de la science, paranoïa et complotisme, racisme sans complexe : voici le résumé de l’émission du 24 juin d’Alain Finkielkraut avec pour invité Renaud Camus. Retour sur une horreur radiophonique. 

Le générique de l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut sur France Culture, un joli morceau de piano, va très vite se transformer en horreur radiographique. Mais avant le basculement et toujours après ces quelques notes de piano ambiance XVIe siècle, voici que le présentateur de l’émission mais aussi immortel et philosophe, justifier et se justifier sur l’ouverture de ses micros à Renaud Camus. Dès les premières minutes, Alain Finkielkraut qualifie les propos de Renaud Camus de “radicaux”. Alain Finkielkraut ou l’art d’atténuer le racisme. Mais avançons car il y a plus insidieux. Il faut écouter la suite pour voir comment Finkielkraut tente de se dédouaner de toute complaisance avec la thèse de Renaud Camus. Dans son long discours pour s’expliquer, il affirme que la théorie du “grand remplacement” étant évoquée partout, il est anormal que celui qui l’a théorisée soit invisible des médias. Il est donc légitime d’inviter Renaud Camus. Comme si la thèse du grand remplacement était évoquée en toute heure et en tout lieu, comme si elle était devenue un objet de débat public. En réalité, elle n’est discutée et fantasmée que dans les milieux d’extrême droite, et lorsqu’elle est évoquée ailleurs c’est par dérision, jamais d’une façon sérieuse. Mais le coup est bien joué par l’extrême-droite qui voulant que ses délires s’invitent dans le débat public affirme haut et fort que ces préoccupations existent déjà chez les Français pour ensuite l’imposer aux médias. Alain Finkielkraut ou l’art d’user des mécanismes de l’extrême droite tout en se dédouanant de toute complaisance avec celle-ci.

Paranoïa et refus des vérités scientifiques

Alain Finkielkraut s’étant enfin auto-persuadé qu’il n’a pu persuader qui que ce soit, l’horreur radiographique peut enfin débuter. Il ne faudra à Renaud Camus que quelques minutes pour balancer sa première ineptie. À 6 minutes et 54 secondes exactement, on l’entend dire : “Je crois que l’Europe est plus profondément colonisée qu’elle n’a jamais colonisé l’Afrique. D’une façon beaucoup plus profonde pour rendre hommage à mon vis à vis, elle est essentielle parce qu’elle est démographique”. On voit ici l’expression d’un fantasme, de la folie même. Comment peut-on croire de quelque manière que ce soit que l’Europe soit aujourd’hui colonisée ?! On est choqué, abasourdi, ébahi lorsqu’on entend cette phrase, et on s’attend à ce que celui qui fait office de présentateur le soit tout autant. Il n’en n’est rien. Alain Finkielkraut y répondra par un simple “Très bien, donc je pense que nous avons compris”. Ah bon ? C’est tout ? Rien d’autre à ajouter M. Finkielkraut, vous qui avez pourtant l’habitude de vous agacer ou pire lorsque certains éructent des immondices, des bêtises.

Voilà qu’Alain Finkielkraut passe ensuite la parole à Hervé Le Bras, démographe et historien, qui cite alors un extrait du livre de Renaud Camus : “Les vieillards sont français de souche, mais les nourrissons sont arabes et noirs, et volontiers musulmans”. À cet extrait des plus fous, irrationnels, en dehors de toute réalité et qui porte surtout en lui un racisme qui n’a même plus besoin d’être expliqué tellement il est visible, Hervé Le Bras y opposera une réalité démographique, une réalité objectivement vérifiable, scientifique à des années lumières de la réalité fantasmée de Renaud Camus. Hervé Le Bras qui base sa riposte intellectuelle sur des chiffres, ceux de l’INSEE montre que ce que dit son interlocuteur d’extrême droite est faux, que ce qu’il appelle “Grand Remplacement” n’est rien d’autre que la mixité. À cette vérité scientifique, Renaud Camus dans sa plus grande démagogie y répondra en disant: “J’aurais tendance à élargir le débat si je puis dire, et à contester la notion de chiffre”. Après 10 minutes d’écoute, le fantasme montre enfin son vrai visage. “Je suis en accord très profond avec le philosophe Olivier Rey qui souligne l’incapacité du chiffre à rendre compte du monde”. Voilà comment le fantasme assume son exclusion des faits et devient tout puissant, car le fou, ayant nié toute vérité scientifique, peut s’inventer sa propre réalité ou se noyer dans ce qu’il a toujours considéré comme vrai. “Ce n’est pas en vous promenant dans la rue que vous pouvez avoir l’idée de ce qui se passe dans 550 000 kilomètres carré et pour 65 millions d’habitants. Vous n’avez aucun moyen de le savoir, tous les biais sont là, c’est l’histoire de l’homme qui arrive en Angleterre qui voit une Anglaise rousse et qui dit à sa femme au téléphone toutes les Anglaises sont rousses. Les statistiques sont très utiles quand on veut avoir l’idée de la situation d’un grand pays […]”, répondra Hervé Le Bras.

Racisme sans complexe, sans offuscation et complotisme 

Mais le fou confortablement installé dans sa folie continuera de nier ses vérités personnelles en affirmant haut et fort que les chiffres mentent. C’est donc de cela dont il est vraiment question ici. Il serait possible de faire un long papier pour s’offusquer, et avec raison, des choses qui ont été dites dans cette émission. On pourrait parler de l’analogie faite entre la présence de Noirs et d’Arabes en France et l’occupation nazie et la collaboration comme par exemple lorsque Renaud Camus affirme: “Les deux collaborations ressemblent comme deux gouttes d’eauxQuand vous dites que ‘l’ancienne occupation était en uniforme, le nouveau ne l’est pas’. Mais l’uniforme on le voit de plus en plus, l’uniforme, ce qui montre l’insolence, la force, la provocation de l’occupation, c’est le voile, le niqab, l’abondance de signes qui sont destinés à montrer le pouvoir, la présence, la conquête et l’humiliation du peuple qu’il doit subir ça”. Les gloussements remplis de haine de Renaud Camus, le racisme latent de ses propos, la complaisance d’Alain Finkielkraut qui ne s’offusquera jamais de ce parallèle ni même des autres propos de son invité … Ce qui est beaucoup plus profond ici c’est la manière dont le racisme se justifie, par quels mécanismes il tente d’abord de se convaincre, puis de convaincre autrui. Ces mécanismes qui font système à l’extrême droite et que cette émission met parfaitement en exergue.

Renaud Camus ne s’arrêtera pas au fait de dire que les chiffres mentent, il poussera ces mécanismes et sa paranoïa à son paroxysme : “C’est la science elle-même que je remets en cause (…) la science a toujours été du côté du pouvoir”. Après la paranoïa, la thèse complotiste selon laquelle les sciences, et notamment les sciences sociales sont l’expression d’un rapport de force qui ne vise qu’à opprimer, à imposer le pouvoir d’une certaine élite qui veut imposer sa vision du monde. C’est l’expression même de l’extrême droite qui se joue une nouvelle fois ici : celle qui se fait passer pour la meilleure représentante des classes populaires et qui désigne comme ennemi ce qui est lié, selon sa vision, à l’étranger en faisant passer les élites comme des collaborationnistes et des adversaires des opprimés, les Français de souche ici d’après le délire de Renaud Camus et consorts.

Si cette émission a bien réussi une chose, malgré tous les reproches qu’on lui a fait, c’est d’avoir montré le danger de cette idéologie mortifère qui nous enlève la seule chose qui fait de nous les êtres que nous sommes : la raison.

Miguel SHEMA