Des insultes dégradantes, des courriers de menaces, et surtout une mise en doute politique de chaque instant : c’est le quotidien de plusieurs maires de villes de banlieue depuis plusieurs semaines. Qu’ils soient réélus, ou en responsabilité pour la première fois, ces élus demandent une réaction législative de la part du gouvernement.

En Seine-Saint-Denis, Azzedine Taïbi (élu communiste à Stains), et Dieunor Excellent (élu divers gauche à Villetaneuse) sont revenus sur ces courriers et commentaires reçus. Pour eux, le climat médiatique et politique est pour quelque chose dans cette libération de la parole raciste.

Jalal Kahlioui

Articles liés

  • « On assiste à une offensive généralisée contre tout ce qui déplait au gouvernement »

    Le Conseil d'État a validé, le 4 janvier dernier, l'application de trois décrets qui élargissent les fiches de renseignement. Trois fichiers : le Pasp (prévention des atteintes à la sécurité publique) de la police nationale; le Gipasp (gestion de l'information et prévention des atteintes à la sécurité publique) pour la gendarmerie et l'EASP (enquêtes administratives liées à la sécurité publique) pourront contenir des informations liées aux opinions politiques, la religion, et la santé. Une escalade dans la surveillance étatique qu'analyse l'historienne et politologue Vanessa Codaccioni. Entretien.

    Par Anissa Rami
    Le 08/01/2021
  • Marwan Mohammed : « C’est une chasse débridée et violente qui s’est ouverte »

    #BestofBB Avec le sociologue du CNRS Marwan Mohammed, le Bondy Blog revient sur l’emballement médiatique et politique après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique, le 16 octobre à Conflans Sainte Honorine, visé par un attentat meurtrier pour avoir enseigné la liberté d’expression en montrant dans son cours les caricatures reprises par Charlie Hebdo. Entretien. 

    Par Nawfel Achache
    Le 29/12/2020
  • 20 ans de loi SRU : l’échec de la mixité sociale

    Sabrer ou ne pas sabrer le Champomy ? La question se pose au lendemain du vingtième anniversaire de la loi SRU (solidarité et rénovation urbaine) qui impose 20 % de logements sociaux aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Ile-de-France). D’un côté, on ne peut que saluer l’existence et la survie de cette loi, de l’autre on ne peut ignorer sa fragilité, ses limites et ses résultats d’autant plus visibles en période de crise sociale et sanitaire. Analyse.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 15/12/2020