C’est un fait, les chrétiens de France ne votent pas tous à droite. Marion, animatrice, peut en témoigner, elle qui a déposé son bulletin de vote en faveur des Verts lors des dernières élections européennes. A son domicile de Juvisy-sur-Orge (Essonne), pas de signes religieux accrochés contre les murs du salon. La pièce n’est pas non plus placardisée d’affiches de Karl Marx ou de Che Guevara. Pourtant, cette mère de famille affirme avoir l’Évangile dans le sang. A ses yeux, christianisme et socialisme font bon ménage : « Notre foi ne se borne pas à l’Église, elle va bien au-delà. On dit qu’être chrétien équivaut à être de droite. Mais être chrétien, c’est être de gauche. Les valeurs chrétiennes comme la solidarité ou l’égalité nous encouragent à aller vers les autres, privilégier l’intérêt commun ».

En signe d’exemple, Marion se replonge dans ses années lycée lorsqu’elle était adhérente à la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), association de jeunes issus des milieux ouvriers et populaires. « J’avais essayé de faire en sorte qu’on ait plus de bus pouvant nous conduire et nous ramener du lycée, se souvient-elle. Il n’y avait pas beaucoup de lignes de bus à Champs-sur-Marne, ni de carte Navigo. Alors mes camarades et moi avions lancé une pétition mais ça n’a pas abouti ».

Marion / (C) Fleury Vuadiambo – BB

Un échec qui n’a pas découragé pour autant la jeune Marion qui reste adhérente de la JOC jusqu’à ses 25 ans, mais qui garde toujours l’envie « d’améliorer le sort de son prochain ». Sa motivation ? Ses propres convictions mais aussi l’héritage culturel familial. « Je viens d’une famille très engagée dans les mouvements chrétiens, explique-t-elle. Mes parents suivaient aussi le mouvement ouvrier. Ils ont toujours eu en eux cette fibre sociale, pensant qu’il fallait soutenir les plus faibles. Mon père, par exemple, était formateur pour adultes en reconversion professionnelle. Il était très engagé dans les quartiers populaires. Ma mère, elle, était assistante maternelle. Elle veillait aux intérêts des parents d’élèves. »

Dieu est amour, que tu sois homo ou hétéro

Si les luttes sociales sont un prolongement de ses idéaux empruntés au catholicisme, Marion a un avis bien tranché sur l’actualité. Notamment l’affaire Vincent Lambert, décédé ce jeudi, qui a cristallisé le débat sur l’euthanasie en France : « Il faut respecter la liberté du patient. Je ne comprends pas pourquoi les gens sont contre la volonté des patients qui n’ont plus aucune mainmise sur eux-mêmes ». Plusieurs décisions de justice avaient d’abord validé l’arrêt des traitements sur le jeune homme victime d’un accident de la route en 2008. Avant de le suspendre finalement sans que l’état du patient ne se soit amélioré.

Nadège, 24 ans, est également animée par cette volonté de respecter les préceptes bibliques. Élevée dans la foi catholique à l’instar de Marion, cette employée dans la construction durable de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) donne une interprétation sociale dans l’étude du Nouveau Testament. Si elle se considère comme apolitique, elle reste quand même sensible aux valeurs « d’égalité et de solidarité ». Preuve en est, le mariage pour tous. Si l’union entre gays ou lesbiennes fait toujours grincer des dents au sein d’une partie de la population, conservatrice sur le plan sociétal, l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe n’est pas une gravité en soi pour la Dionysienne. « Si deux êtres ont envie de se marier, pourquoi les en empêcher ? », fait-elle mine de s’interroger. Si elle reconnaît ne pas d’avoir d’avis sur la procréation médicale assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA), elle assure ne porter aucun jugement envers ceux ou celles qui souhaiteraient y recourir, en bonne chrétienne pratiquante. « Dieu est amour, que tu sois homo ou hétéro. Si tu prends tes responsabilités, je ne vois pas pourquoi l’enfant serait malheureux. »

Nadège / (C) Fleury Vuadiambo – BB

L’existence d’un électorat catholique de gauche ne date pas d’hier. Elle a même joué un rôle majeur dans l’élection présidentielle de François Mitterrand en 1981. Depuis, la ferveur s’est progressivement estompée, la faute à un virage sociétal selon Patrice Obert, président des Poissons roses. Crée en 2010 pour influer au sein du PS, ce courant de pensée milite pour la « justice sociale » et la réglementation de la finance et l’écologie. Reste quelques points de crispation, comme le mariage en faveur des personnes de même sexe. « Le fondateur du mouvement, Philippe de Roux, avait constaté que la dimension spirituelle de la religion n’avait plus sa place au sein du parti, resitue Patrice Obert. Les socialistes se sont repliés sur des valeurs de laïcité. La gauche a investi peu à peu le champ sociétal, le Pacs, le mariage pour tous… Nous ne sommes pas contre l’union des personnes homosexuelles, à condition de trouver des compromis. Nous nous inquiétons des impacts du mariage pour tous sur la filiation. Le sujet devrait faire l’objet d’un débat apaisé. »

Une page qui mêle versets et actualité politique

Même au sein de la gauche radicale, on trouve militants et sympathisants acquis à la religion de Saint-Pierre. Sur les réseaux sociaux, le groupe Convergences Bolcho-Catholiques s’attache aussi à faire « converger christianisme et socialisme ». Initiative plutôt étonnante quand on connaît la pensée communiste sur la religion, décrite comme étant l’opium du peuple selon les termes de Karl Marx.

Présenté comme un espace de récréation sérieuse, le compte Facebook a été lancé fin 2014. « L’idée, c’est que les gens voient d’abord le visuel, qu’ils se marrent un coup, puis lisent la Bible. C’est pour ça que nous nous focalisons sur nos versets dans nos images. On ne veut pas devenir une page politicienne », soulignait son fondateur, Patrick, en novembre 2017 sur le site de BFMTV.

Le riche fou de l’Évangile < François de Rugy. « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.Il…

Publiée par Convergences bolcho-catholiques sur Mercredi 10 juillet 2019

Sur leur compte, on y voit en effet des visuels, souvent tirés ou inspirés de l’actualité, légendés par des versets des Évangiles et autres lectures pieuses, ou par des boutades ne tournant jamais très loin du porche des églises. Sur l’une des publications récentes, celle d’une image des députés de la France insoumise lors d’une séance à l’Assemblée nationale. L’internaute est invité à cliquer sur le lien vidéo inscrit au-dessus de la photo pour écouter un chant religieux du groupe Glorious, intitulé Dans la Joie. La vidéo a été vue plus d’un million de fois sur Youtube.

 

Même s’ils ne forment pas un groupe homogène, les adeptes du christianisme social sont engagés de plain-pied dans la société. Tous veillent au l’application des valeurs chrétiennes, compatibles avec les mouvements sociaux initiés par les syndicats et soutenus par les partis de gauche. Redistribution des richesses, justice sociale ou lutte contre les discriminations sont des revendications qui rassemblent. Bien au-delà du clivage gauche-droite.

Fleury VUADIAMBO

Articles liés

  • Saint-Denis, ép. 1 : La fracturée

    Premier épisode de notre troisième feuilleton sur les élections municipales des 15 et 22 mars prochain. Après Bobigny et Mantes-la-Ville, le BB se penche sur Saint-Denis. Bastion communiste parmi les derniers, ville-phare de la banlieue nord, Saint-Denis est une ville complexe et protéiforme, y compris sur le plan politique. Portrait.

    Par Ilyes Ramdani
    Le 03/12/2019
  • Bobigny, ép. 1 : Chef-lieu électrique 

    Après Mantes-la-Ville, le BB débute son deuxième feuilleton sur les élections municipales 2020. Nous vous emmenons à présent à Bobigny, un bastion historique du parti communiste subtilisé par l’UDI et Stéphane De Paoli en 2014. Six ans plus tard, les rancoeurs sont toujours là et l’élection des 15 et 22 mars prochains s’annonce tendue et attendue. Episode 1.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 21/11/2019
  • Mantes-la-Ville, ép. 1 : Ici, le RN est au pouvoir

    Du 20 novembre au 15 mars, le BB vous fera vivre l'élection municipale à Mantes-la-Ville. C'est là, au nord des Yvelines, que le Front national (devenu le Rassemblement national) avait obtenu une victoire hautement symbolique en 2014. Six ans plus tard, qu'ont fait le RN et Cyril Nauth du pouvoir à Mantes-la-Ville ? Episode 1.

    Par Samira Bourezama
    Le 20/11/2019