A Argenteuil, Mothron et Doucet vont remettre ça

Le duel historique devient une triangulaire. Georges Mothron et Philippe Doucet s’opposeront de nouveau au deuxième tour des élections municipales à Argenteuil, comme en 2014, en 2008 et en 2001. Omar Slaouti, troisième homme historique des scrutins municipaux, se qualifie pour le second tour sous sa bannière soutenue par la France insoumise et Génération.s. Le maire sortant LR recueille 35,71%, son opposant et prédécesseur PS engrange 29,26% tandis que Slaouti a obtenu 11,62% des voix.

La triangulaire deviendra-t-elle un duel pour faire barrage à la droite ? Interrogé par nos soins, Omar Slaouti balaye d’un revers de la main cette hypothèse : « Aucune alliance avec Philippe Doucet n’est prévue, assure-t-il. Nous nous maintenons et, désormais, nous avons le soutien d’Europe Ecologie-Les Verts. »

A Garges-lès-Gonesse, Debah fait fort pour sa première

Là encore, 65% d’abstention et une élection dont on ne sait pas bien ce qu’elle veut dire. Le second tour se jouera entre deux candidats. Le centriste Benoit Jimenez, avec la liste « Volontaire pour Garges », arrive en tête du scrutin avec 42,36% des suffrages. Face à lui, Samy Debah, le fondateur du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) se distingue avec 34,67% des voix. Selon nos informations, une alliance entre ce dernier et le socialiste Hussein Mokhtari est possible. Avec 7,7% des suffrages, le candidat du PS ne peut pas se maintenir mais il peut fusionner avec une autre liste.

A Goussainville, le maire sortant affaibli

Quant à la commune de Goussainville, avec plus de 30 500  habitants, elle n’a vu passer qu’un sur cinq d’entre eux dans les isoloirs. Le maire sortant Alain Louis n’arrive qu’en troisième position avec 24,5% des voix. C’est la tête de liste de « L’audace du renouveau », Abdelaziz Hamida, qui remporte ce premier tour avec 34,34% des suffrages. Les Républicains d’Elisabeth Hermanville sont deuxièmes à 25,7%.

A Sarcelles, Haddad et Pupponi s’affronteront en duel

Il y aura bien un face-à-face entre frères ennemis. Le maire PS Patrick Haddad affrontera au deuxième tour François-Xavier Valentin, le poulain de l’ancien maire François Pupponi, troisième sur sa liste parce qu’il ne peut cumuler cette fonction avec son poste de député. Ils ont obtenu respectivement 39% et 36,76% des voix. Trois listes sont en mesure de fusionner sans pouvoir se maintenir, celles de Farouk Zaoui, Jocelyn Assor et Mourad Chikaoui.

Le sénateur socialiste du département, Rachid Temal, rappelle toutefois l’essentiel : « La question du second tour est posée, on ne sait pas si il aura lieu. Il faudra se référer aux médecins et aux formations politiques. D’abord, il n’y aura pas de campagne entre les deux tours puisqu’on demande aux gens de rester chez eux. Tout le monde est suspendu à une annonce potentielle de confinement pour stopper l’échelle de propagation et cela reporterait les élections probablement à septembre. »

Audrey PRONESTI

Articles liés

  • Saint-Denis, ép. 6 : L’alliance a failli

    A Saint-Denis, la reprise de la campagne électorale a été marquée par un séisme local : l’échec in extremis de l’alliance entre Laurent Russier, le maire sortant PCF, et Bally Bagayoko, son adjoint LFI. L’épilogue inattendu d’une semaine de négociations âpres. Récit.

    Par Ilyes Ramdani
    Le 04/06/2020
  • Le maire et les Tilleuls : tension et répulsion

    Au Blanc-Mesnil, la réélection du maire (LR) Thierry Meignen dès le premier tour cache une autre réalité. Dans le quartier des Tilleuls, le ressentiment à l’égard de l’édile a laissé place à des affrontements, souvent violents, entre les soutiens de l’ancien maire communiste et ceux de son successeur de droite. Retour sur une campagne tendue.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 25/03/2020
  • Report du deuxième tour : « C’est peut-être un mal pour un bien »

    Après le report du second tour, les campagnes sont en stand-by. Les alliances, les fusions, la campagne de deuxième tour... Tout cela est reporté à quelques jours, quelques semaines ou quelques mois. Comment les candidats perçoivent-ils cet entre-deux tours le plus long de l'histoire, en pleine crise sanitaire ? Nous en avons sondé quelques-uns.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 18/03/2020