Octave Nitkowski, on l’avait rencontré la première fois le 3 juin 2012, un dimanche pré-électoral, dans son bassin minier du Pas de Calais qu’il chérit tant, pour croquer son portrait. Sous sa casquette et derrière son appareil numérique, il mitraillait Jean-Luc Mélenchon pendant un discours scandé depuis une tribune du Front de gauche à Billy-Montigny, avant d’appeler son père pour qu’il le ramène au pavillon familial.

Pilon pour la première édition mais autorisation de vente après réimpression :

Dans son délibéré rendu le 19 décembre, la Cour d’Appel de Paris autorise le livre d’Octave Nitkowski, « Le Front National des villes et le Front National des champs »à sortir, à la condition de ne pas citer le nom de l’un des deux cadres du Front National. La Cour a par contre retenu un droit du public à être informé de l’homosexualité de Steeve Briois, en ce qu’elle a infléchi la politique du Front National. Le chapitre 10 sera donc expurgé du nom du second cadre mais pas celui de Steeve Briois. 

Joint par téléphone, Octave s’est dit malgré tout satisfait de ce « jugement de Salomon » dans la mesure où son ouvrage, après réimpression, pourra sortir « entre 2 et 10 jours ». Et de s’exclamer comme sur son compte Twitter : « Je considère cette décision comme une victoire de principe et je me réjouis de la sortie prochaine du livre qui aborde bien d’autres sujets ! ».

 

Agé de 15 ans, il n’avait même pas besoin de réviser son bac de français avec son année d’avance et un 17 de moyenne générale. Alors il partait en reportage et écrivait des articles sur la législative de sa circonscription devenue enjeu national où s’opposaient Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Il dénichait des scoops pour Front contre Front son blog administré techniquement par son petit frère, Célestin. A l’époque, un peu « poil à gratter », l’ado commençait à être suivi sur son compte Twitter par nombre de journalistes.

Depuis, 18 mois ont passé et Octave, étudiant à Sciences Po Paris et à la Sorbonne pour un double cursus en histoire, a parcouru un long chemin médiatique, invité à bloguer pour Libération ou s’exprimer sur les ondes nationales (Comme on nous parle, France Inter, Salut les Terriens, Canal +…). Un éditeur, Jacob-Duvernet, lui propose même, l’été dernier, d’écrire une collection d’essais d’analyse politique, « La France perd le nord ». Le premier tome « Le Front National des villes et le Front National des champs » est consacré à l’implantation du FN dans le bassin minier de Hénin-Beaumont.

Fait rarissime, la veille de la sortie de l’ouvrage, le 12 décembre 2013, le parti frontiste obtient du Tribunal de Grande Instance de Paris l’interdiction de la vente du livre pour atteinte à la vie privée. Alors, l’exposition médiatique reprend plus intensément : L’Express, France Inter, Le Supplément de Canal+, France 3 région etc. Mais Octave N. garde son flegme et la politesse observés lors de notre première rencontre pour accepter sans sourciller cette nouvelle demande d’interview.

Bondy Blog : Depuis notre première rencontre, avant les législatives de 2012, quel a été ton parcours ? 

Octave Nitkowski : « A ce moment là, mon blog a commencé à prendre de l’ampleur. Après l’été, Libération m’a proposé d’ouvrir un blog chez eux pour faire parler les habitants de Hénin-Beaumont, pour observer comment ils étaient confrontés au contexte politique local, comment ils réagissaient… J’ai rencontré ainsi le curé de la localité, des ouvriers licenciés, la dame qui tient la friterie sur la place. Bref, des personnalités authentiques de Hénin-Beaumont, 100% Nord-Pas de Calais pour faire un travail mi-sociologique mi-psychanalytique. Dans le cadre de ce blog, j’écrivais un article sur le livre « Rose-Mafia » de l’ex-maire Gérard Dalongeville et j’ai contacté les éditions Jacob-Duvernet pour connaître les chiffres de vente à Hénin-Beaumont. De fil en aiguille, ils m’ont proposé d’écrire un bouquin chez eux qui a aboutit à « La France perd le nord », mon livre en plusieurs parties, analysant le Nord-Pas de Calais comme un laboratoire où se dessinerait le paysage politique de demain… »

Comment le Front-National a-t-il su que tu travaillais sur un livre les concernant ? Et comment en sont-ils venus à vouloir empêcher sa publication ?

« Le Front National a eu accès, avant sa parution en librairie, au contenu de mon livre. »

Comment ?

« Je ne sais pas. Je pense que ça a « fuité » par des journalistes qui ont été mis au courant… »

octaveLe Front National a-t-il son réseau dans le milieu de l’édition ? 

« Je ne sais pas, je ne peux rien en déduire. Je sais juste qu’ils nous assignent en référé pour interdire la publication au motif de l’atteinte à la vie privée. Car au chapitre 10, je dis que deux hauts cadres au Front National sont homosexuels en citant leurs noms. J’écris, que le fait que Marine Le Pen soit entourée de ce couple homosexuel très influent, explique sa tergiversation lors du débat autour du mariage pour tous et pourquoi elle en est restée étrangement à la marge. Alors qu’on aurait pu légitimement l’entendre plus, il y a eu un non positionnement du Front National sur cette question. Ce chapitre 10 analyse pourquoi il y a eu un infléchissement du Front National sur cette question alors que Jean-Marie Le Pen considérait l’homosexualité comme un comportement déviant, et comment aujourd’hui le Front National est prêt à défendre les droits des homosexuels. De plus, ce ne sont en rien des révélations puisque ces informations sont disponibles sur internet depuis 2011, révélées, certes, par des sites d’ultra-droite nauséabonds. Mais ce n’est pas moi qui ait fait le « outing » de ces deux cadres du Front National… »

Quand est prévu l’appel ?

« Mon avocate va plaider lundi 16 décembre au Tribunal de Grande Instance de Paris pour avoir une date d’appel plus rapprochée. On saura la date définitive à l’issue de sa plaidoirie. »

Comment vis-tu toute cette affaire ?

« Je le vis sereinement car je sais qu’un jour justice sera faite car c’est de la censure, tout bonnement, qui est faite de mon livre ! On revient à des méthodes d’un ancien temps. Car je ne révèle rien d’autre que ce qui existait déjà sur internet et dont j’ai simplement tiré une analyse politique approfondie et aboutie. »

Dans le contexte des prochaines élections municipales, crois-tu que tu gênes vraiment le Front National ?

« Évidemment. Si ils m’attaquent aussi rapidement et aussi violemment, c’est sûrement que je représente une crainte pour eux. »

As-tu reçu d’autres types de menace, des pressions ?

« Non, aucunement. Au contraire, je ne reçois que des messages de soutien et d’approbation de ce que j’ai fait. Les gens sont scandalisés par la décision du Tribunal de Grande Instance de Paris. Certains m’ont même dit que j’étais le nouveau Snowden ! Évidemment c’était exagéré et anecdotique, mais ça m’a touché et c’est assez marrant… Mais je suis content de voir que je ne suis pas isolé et surtout que la démocratie participative existe ! »

Tu es encore mineur. Qu’en pensent tes parents ?

« Mes parents me soutiennent complètement. Ils savent que je fournis un travail honnête même si ça prend une tournure un peu particulière…».

Es-tu engagé politiquement ?

« Pas du tout ! J’ai toujours refusé tout engagement politique ou au sein d’une association. L’engagement qui est le mien est purement citoyen dans la mesure où j’apporte une analyse politique qui se veut objective… »

Suite à la législative de 2012 qui opposait Le Pen à Mélenchon (et qui a vu la victoire finale du candidat socialiste Philippe Kemel), « que sont-ils devenus » ?

« Marine Le Pen continue son maillage territorial et elle concrétise l’implantation territoriale de Steeve Briois. Mais Jean-Luc Mélenchon a complètement disparu du secteur. Il est revenu une fois… Sa défaite a été symboliquement mal vécue par les militants communistes et par extension les militants de gauche qui lui ont fait confiance. Il leur avait promis la victoire et il n’a pas réussi, éliminé dès le premier tour… Et Hénin-Beaumont restera comme une épine dans le pied de Jean-Luc Mélenchon. »

Lors des prochaines municipales, Steeve Briois peut-il être élu Maire de Hénin-Beaumont ?

« Oui et d’un point de vue statistique. Marine Le Pen a fait 55% au premier tour de la législative sur la commune de Hénin-Beaumont, donc il est possible que le FN fasse aussi 55% dès le premier tour. De plus, il y a un éparpillement des listes électorales de gauche à cause de querelles et de batailles d’ego. Le contexte politique est « offert » au Front National» sans parler de Gérard Dalongeville, l’ancien maire de Hénin-Beaumont qui veut se représenter… ».

Malgré sa condamnation ? 

« Gérard Dalongeville a fait appel de sa condamnation. Et malgré tout, certains habitants continuent à lui faire confiance car ils n’ont pas perçu les troubles qu’ont pu apporter le clientélisme et l’affairisme du Parti Socialiste à Hénin-Beaumont, dans la mesure où ils n’en avaient pas conscience, eux. Avant, la ville était propre, il y avait beaucoup de festivités… Gérard Dalongeville était certes un maire qui a eu des pratiques clientélistes et mafieuses mais beaucoup l’appréciaient car il y avait de l’animation malgré la dette municipale considérable qu’il avait engendré, et, dans la mesure où ces gens qui ne paient pas d’impôts ne s’en rendent pas compte… Gérard Dalongeville reste populaire. C’est ce que j’explique dans le tome 2 de «La France perd le Nord »… »

Pour terminer sur l’interdiction du tome 1 de ta collection, si le FN gagne en appel, que comptes-tu faire ?

« J’irai en cassation. Et si on doit aller jusqu’à la Cour européenne comme l’avait fait le Docteur Gubler*, mon éditeur, mon avocate et moi-même sommes prêts. Hors de question de charcuter des passages entier de mon livre. Soit je le publie tel quel, soit je ne le publie pas ! »

Propos recueillis par Sandrine Dionys, le vendredi 13 décembre 2013

 

*En mai 2004, la Cour européenne des droits de l’homme condamne la France, estimant que l’interdiction du livre du Docteur Gubler aurait dû être levée après quelques mois, au nom de la liberté d’expression, considérant que la capacité d’un président de la République ne relève pas du secret médical mais concerne la vie de tout un peuple. Source Wikipédia

Reportages effectués les 2 et 3 juin 2012 à Hénin-Beaumont :

Le Front de Gauche en ordre de bataille derrière Mélenchon

 

« Lui Octave N., 15 ans, drogué d’infos et politisé »

 

Bouffée d’oxygène culturelle à Hénin-Beaumont

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021