Au Neuhof, quartier déshérité de Strasbourg, le FN a obtenu près de 20% des suffrages. Reportage quelques jours avant le premier tour.

« Toi t’y crois encore parce que t’es de la vieille école, mais les jeunes ici sont anesthésiés« . Dans le bureau du centre socio-culturel du Neuhof, Bagdad secoue la tête avec dépit. A 28 ans, il ne partage pas l’énergie du directeur du centre, Khoutir Khechab. « Et encore, je te dis jeunes, mais ça s’applique à la majorité des habitants ici. Tout ceux, qui comme moi, sont intérimaires, chômeurs » poursuit le jeune homme d’origine algérienne.

Dans ce quartier de la banlieue sud de Strasbourg, un habitant sur quatre est au chômage. Les autres enchaînent contrats à temps partiel et missions d’intérim pour un revenu moyen de 640 euros par mois selon l’INSEE. Alors quand le directeur du centre évoque une prochaine campagne d’appel au vote, Bagdad ne cache pas son scepticisme : « tu ne peux pas intéresser des gens à la politique quand ils ne font rien de leurs journées. C’est une vraie morphine sociale. Tu ne sors plus, tu croises rarement du monde de l’extérieur, alors les propositions des candidats pour changer Strasbourg, tu t’en fous, ça te touche pas. Rien ne sert de dire, le vote c’est un devoir ».

Assis derrière son bureau, le responsable associatif l’écoute patiemment. Il soupire et son regard se perd sur les toits des immeubles environnants : « Ce quartier a toujours été un lieu de relégation. C’est ici qu’on mettait les réfugiés à la sortie de la Seconde Guerre mondiale. Avec 90% de logements sociaux comment voulez-vous faire ? ». Les trafics qui gangrènent la cité n’arrangent pas les choses : « ça les éloigne d’autant plus de la réalité. Quand on voit plus souvent les guetteurs en scooter que les policiers ou les élus, on ne croit plus en l’Etat » assure Khechab.

« J’ai peur que ceux qui se déplacent pour voter ne se déplacent que pour mettre un bulletin FN dans l’urne » s’inquiète Leïla, la responsable du restaurant d’insertion voisin. En 2012, le quartier avait offert les plus beaux scores de la capitale alsacienne à Marine Le Pen. Pour cette militante PS, « la seule de la cité« , les partis traditionnels n’arrivent pas à stimuler ces abstentionnistes : « ce n’est pas en venant une ou deux fois à l’occasion d’un marché ou d’une inauguration que les habitants s’habituent à débattre avec des responsables, des élus ».

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022