Ce soir là, l’association Zy’va de Nanterre dans les Hauts-de-Seine recevait des représentants politiques comme Mourad Ghazli, parti radical UMP, Najat Belkacem, porte-parole du PS, Jacqueline Fraysse, députée communiste de Nanterre et Nassera Hamza, Conseillère municipale de Suresnes, autour d’un débat sur la sécurité et la diversité avec une cinquantaine d’habitants du quartier du Petit Nanterre. En janvier, c’était le centriste François Bayrou que Zy’va accueillait pour parler des questions d’éducation et de justice. Les responsables de l’association multiplient ainsi les soirées débats dans la maisonnette en briques située au pied des immeubles. Avec une vocation pédagogique et ludique : les soirées débutent par une courte pièce de théâtre forum jouée par des écoliers. Sous l’œil émerveillé des parents, de la famille et des voisins. Des occasions de rassembler des habitants de la cité des Pâquerettes, qui compte près de 8000 résidants. « Nous invitons tous les partis politiques pour des débats, sans parti pris, explique Améziane Abdat, président de Zy’va et consultant. Pour les présidentielles, nous avons fait un appel à tous les candidats pour venir débattre avec nos habitants. Celui qui veut venir est le bienvenu; celui qui ne veut pas, tans pis ».

En marge de ces débats, M. Abdat exprime son penchant pour Nicolas Sarkozy, président du Conseil général des Hauts-de-Seine, qui a reçu une trentaine de membres de Zy’va, place Beauvau, le 19 février : « beaucoup de politiques font des promesses mais M. Sarkozy nous propose des projets ! ». Hafid Rahmouni, le fondateur de Zy’va et technicien en informatique explique qu’« en 2004, Nicolas Sarkozy est venu fêter le 10 ème anniversaire de Zy’va. Il a utilisé la subvention du département pour mettre en place le projet « une formation, un job » en direction d’une trentaine de jeunes de la cité des Pâquerettes. Le dispositif devrait être reconduit dans les prochaines semaines ». Son équipe est en pleine négociation avec le patron de l’UMP pour faire avancer les projets. Quand on demande à cet homme de terrain s’il constate un recul de la discrimination à l’embauche des gens issus de la banlieue, il répond : « maintenant c’est pire ! Les jeunes sont discriminés par des entreprises qui ont, soit disant, signé la Charte de la diversité. Les entreprises communiquent sur leur diversité mais ne font rien concrètement ! »

Depuis 13 ans, les 70 bénévoles et la dizaine de permanents de Zy’va impliquent chaque année, plus de 100 familles à la vie citoyenne en plus du soutien scolaire, des cours de langue, d’informatique, et des sorties théâtre, cinéma ou musée pour les jeunes du quartier. Peu avant le débat sur la sécurité et la diversité, l’association des diplômés de Sciences-Po, Votez Banlieue, a installé un bureau de vote fictif à l’entrée de la maisonnette, avec urne, liste des votants, feuilles de chaque candidat étalés sur la table et isoloirs… Une façon de familiariser les citoyens au scrutin. Sauf que les votants sont des enfants. « Sarkozy, je le jette à la poubelle ! », s’écrie Souleimen, 9 ans, en sortant de l’isoloir. «  Il est moche, on ne l’aime pas », renchérit un copain à lui – Pourquoi ? « Tellement il ne sait pas se protéger, il ramène des poulets (ndlr policiers), je les vois tous les jours, et comme ils ne nous aiment pas, ils nous mettent les menottes ! ». Ces bambins pourront peut-être rencontrer M. Sarkozy cette semaine, invité du prochain zy’va débat ou encore suivre l’autre débat de mercredi soir sur écran géant en plein coeur du quartier.

Par Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021