Je viens des États-Unis pour faire un échange Erasmus à Paris Val-de-Seine pendant cette année scolaire. Selon moi, c’est particulièrement intéressant de voir comment les Français étudient la question de la ville. Normalement dans mon école en Californie, on a recours à un programme, un site spécifique, et les besoins d’un client potentiel. On propose des idées pour résoudre des enjeux spécifiques et arriver à une solution architecturale.

Dans ce cas de Bondy, c’est plus complexe de comprendre un site inscrit dans la ville considérée dans sa totalité, voire même dans l’ensemble du territoire régional. Nous ne disposons pas d’un programme, ni d’un client, ni d’objectifs définis au préalable, que ce soit au niveau de la commande, ou à titre académique. Donc, la façon de penser, de travailler, et de présenter est très différente de ce qui a cours aux Etats-Unis.

Le petit groupe dont j’ai fait partie à l’origine a centré son travail sur le viaire (relatif au réseau des rues d’une ville) et la logistique, principalement l’ensemble constitué par la RN3 et le canal de l’Ourcq. De grandes infrastructures ont créé de profondes ruptures spatiales dans la ville. Nous avons ainsi été amenés à réfléchir aux modalités destinées à relier davantage les quartiers limitrophes.

Entre le canal et la RN3 quelques grandes entreprises se sont installées depuis une trentaine d’années. Ces « bandes » de grandes surfaces occupées par les big-box ont constitué cette rupture entre le nord et le centre de la ville.

Ensuite, nous avons fait un effort pour comprendre les possibilités de l’avenir du commerce en France. Dans le futur, le rôle de l’informatique (e-commerce) va probablement augmenter encore. Par exemple, les achats en ligne et la livraison à la maison impliquent que le commerce sera plutôt clivé entre logistique matérielle et distribution « virtuelle ».

Les aéroports et des lieux de « grands transports » seront les sites les plus importants pour assurer cette distribution efficace. La « ville générique » décrite par l’architecte Rem Koolhaas constitue sans doute un bon outil pour comprendre que ses « non-lieux » seront de plus en plus importants. Par rapport à Bondy, il est vraisemblable de penser à une délocalisation de ces big-box dans les prochaines années.

Si ces « grandes boîtes » vont se déplacer à terme, on aura l’opportunité de faire des nouvelles interventions urbaines sur le territoire compris entre le canal et la RN3. Nous sommes en train d’esquisser de stratégies urbaines à ce sujet.

Colin Whaley (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val-de-Seine)

Précédents articles de la série Happy Bondy :
Bondy-dissection-architecturale
Et-si-le-salut-de-la-ville-etait-en-banlieue
Une-ville-ses-chateaux-ses-palais-ses-temples-2
C-est-un-jardin-extraordinaire-la-la-la-la-la-la-la-la-la-la-la-la
La-gare-et-la-vallee-du-rail
La-ville-sans-lieu-prefere
Belle-des-champs
Transformer-la-quartier-gare-une-urgence-absolue

Colin Whaley

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021