Hier, à Paris, les opposants au mariage pour tous étaient très nombreux: 1,4 million selon le collectif La Manif pour tous et 300 000, d’après une première estimation de la préfecture de police de Paris. Aux Pays-Bas, cela fait 12 ans que le mariage pour tous a été légalisé. 12 ans que Peter et Wolter se sont dit « oui ». Portrait.

Pendant que certains défilaient avenue de la Grande-Armée à Paris pour refuser que d’autres puissent acquérir les mêmes droits qu’eux, Peter et Wolter fêtaient paisiblement leur 12 ans de mariage. C’était en 2001 à Amsterdam, peu de temps après la légalisation du mariage pour tous aux Pays-Bas. Une façon d’officialiser leur amour après 5 ans de vie commune et l’occasion d’organiser une belle wedding party avec leurs familles et leurs amis. A l’époque, Wolter rêvait de travailler pour une compagnie aérienne. Le concept était trouvé ! Tout dans cette fête allait se référer au monde de l’aéronautique. Comme ce faire-part en forme de billet d’avion très réaliste : « des invités ont cru qu’il s’agissait d’une publicité et l’ont jeté ! », sourit Peter, dans le salon de Kamer 01 , leur luxueux Bed and Breakfast, situé sur le célèbre canal amsterdamois Singel.

PW-crew2.rgbUne décennie après, les photos argentiques classées dans un grand album témoignent de la joie et du bonheur partagé avec leurs proches. « Tous nos amis ont mis la main à la pâte. Certains ont même joué les hôtesses et les stewards pour distribuer les plateaux repas façon cabine d’avion ! » Car si le concept « Voyage aérien » du banquet et de la fête divertit les convives, le moment fort de la cérémonie fut quand Peter et Wolter se dirent « oui » à l’hôtel de ville. Les parents de Peter avaient déjà bien accueilli l’annonce. Ils connaissaient Wolter et participer au mariage de leur fils et de son ami était logique. « Enfin… Tous mes enfants sont casés !!! », aurait même répondu enthousiaste la mère de Peter, qui s’amuse encore de ce cri du cœur.

Pour Wolter, ce fut moins rose. En plus de l’absence de son père décédé quand il était enfant, sa mère réagit mal à cette nouvelle, amplifiant une brouille qui durera deux années. Car Wolter avait aussi invité d’autres membres de la famille élargie et sa mère n’assuma pas qu’ils sachent que son fils allait épouser un homme.

PW-weddingcake.rgbLa maman n’assista pas à la noce. « L’ironie du sort, c’est que toutes les sœurs de Wolter ont divorcé alors que nous, 17 ans après, sommes toujours ensemble… », analyse Peter. Aujourd’hui, Wolter s’est réconcilié avec sa mère et son rêve professionnel s’est même réalisé. Steward pour la Lufthansa, il voyage énormément pendant que Peter, designer d’intérieur de formation, gère au quotidien le B&B de deux chambres qu’ils ont imaginé et aménagé dans l’un des plus beaux quartiers historiques d’Amsterdam.

Un couple stable, des revenus confortables, Peter et Wolter ont-ils songé à fonder une famille en adoptant par exemple ? « A 47 ans pour Wolter et 52 ans pour moi, nous sommes trop vieux pour nous lancer dans une telle aventure. Et même si nous en avions la possibilité, ce n’était pas notre envie ni notre projet… » De quoi contredire les manifestants du 24 mars à Paris qui associent systématiquement mariage pour tous et parentalité. Peter écoute avec étonnement le récit de ces macro-manifestations françaises anti Mariage pour tous. « Ici être gay et pouvoir se marier font tellement partie intégrante de notre société, que personne n’y prête plus attention… D’ailleurs 75% des visiteurs qui viennent assister aux spectacles et défilés de la gay pride d’Amsterdam ne le sont pas. Ici quand deux hommes s’embrassent dans un café, tout le monde s’en fout ! »

Les Pays-Bas et la France, deux pays de l’Union Européenne à la mentalité et la culture si différentes. En 2001, aucune manifestation de grande ampleur n’avait ponctué l’adoption du texte de loi néerlandais pour le mariage pour tous. En 2013 en France, après l’examen du texte à l’Assemblée Nationale avec ses débats crispés et houleux, les « antis » ne désarment pas pour faire pression sur le Sénat où le projet de loi sera prochainement débattu. Et dans 12 ans, pourra-t-on dire à des étrangers curieux : « Ici être gay et pouvoir se marier font tellement partie intégrante de notre société, que personne n’y prête plus attention… » ? Réponse en 2025.

Ce portrait est le quatrième et dernier d’une série spéciale « Mariage pour tous à Amsterdam, 12 ans après ». Ci-dessous les liens des autres portraits.

Bianca : http://www.bondyblog.fr/201303081701/bianca-brasdorp-hostelle-cest-tout-elle/

Hans : http://www.bondyblog.fr/201301231301/%c2%ab-la-tolerance-envers-les-gays-est-en-regression-%c2%bb/

Carolien : http://www.bondyblog.fr/201301151301/%c2%ab-personne-ne-veut-etre-gay-%c2%bb/
Sandrine Dionys

Articles liés

  • Précarité menstruelle : à Grigny, on veut « changer les règles »

    Au cours de l’année 2021, la ville de Grigny, dans l’Essonne, a mis en place des dispositifs de distribution gratuite de protections périodiques. Cette initiative s’accompagne d’une politique teintée d’actions de sensibilisation pour lutter contre le tabou des règles. Cécile Raoul a rencontré les concernées de la précarité menstruelle. Reportage.

    Par Cécile Raoul
    Le 18/01/2022
  • Père Jean-Luc Ferstler : « La misère n’attend pas les business plans »

    Cette année Emmaüs Forbach fête ses 40 ans. Le prêtre et fondateur d’Emmaüs Forbach, Jean-Luc Ferstler, figure emblématique de la ville, a choisi d’accompagner les personnes les plus fragiles depuis les années 1980. Portrait d’une vie qui raconte un territoire paupérisé après la fin du charbon, heureusement riche en solidarités.

    Par Amina Lahmar
    Le 14/01/2022
  • À Saint-Denis, Profs et Parents épuisés mais solidaires face au protocole sanitaire

    Face à des protocoles sanitaires compliqués à suivre pour les profs et les parents, une grande majorité du personnel de l'Éducation Nationale fait grève ce jeudi 13 janvier 2021 pour signifier sa colère au Ministre Jean-Michel Blanquer. À Saint-Denis, à la fracture sociale s'ajoute la gestion de la crise sanitaire pour des profs au bord de l'implosion. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 13/01/2022