Personne ne peut y échapper. La mise sur le marché aujourd’hui des deux derniers nés des téléphones Apple passionne ou agace. Mais les queues infinies devant les Apple Store ne comptent pas seulement des addicts.

Jeudi 19 septembre, tranquillement installée à la cafétaria à comparer la masse de travail accumulée en même pas trois semaines de cours je jette un coup d’œil au téléphone de Massica, en face de moi. Tapotant régulièrement dessus pour qu’il ne s’éteigne pas, son iPhone 5 est en plein chargement du dernier système de navigation de la firme à la pomme : l’iOS7. Après un bon quart d’heure d’attente et plus de la moitié de la batterie partie en fumée la voici, heureuse comme une enfant à Noël, testant toutes les nouveautés de l’iOS. « Waouh, c’est tellement beau, mais regarde comment les applis s’ouvrent et se ferment ! Plus besoin d’application pour faire les panoramas, c’est inclus maintenant ! »

Dès lors, le monde se divise en deux, ceux qui ont fait la mise à jour et les autres. Dans le métro, les gens se reconnaissent s’échangent des sourires, la technologie, si clivante rassemblent ses adeptes à la pointe de l’innovation. Exagération ? A peine. Les Français étaient déjà plusieurs centaines de milliers à avoir suivi la fameuse keynote d’Apple présentant les deux derniers nés de la famille iPhone dont le secret avait été jusque-là jalousement gardé. La sortie officielle de l’iPhone 5S et du 5C, censé être une entrée de gamme en France et dans une autre poignée de pays dans le monde a lieu ce vendredi 20 septembre.

Toujours jeudi, au détour d’une balade de fin de journée dans le quartier d’Opéra je suis interpellée par la masse difforme attendant devant les portes closes de l’Apple store du quartier. J’approche deux jeunes arborant des tee-shirts « Macmania » pour leur demander ce qu’ils font là. « Ça fait une heure qu’on s’est mis dans la file, on attend le nouvel iPhone. On a passé la nuit sur place. On est pas les seuls. Le premier de la file fait la queue depuis mardi, il est vénézuélien et le second, architecte, s’est mis en arrêt depuis mercredi, un mordu d’Apple qui ne raterait sa sortie pour rien au monde ». Phelippe et Nathan, les deux jeunes belges, sont eux dépêchés par leur société de réparation d’iPhones et d’iTouch pour acheter en avant première les deux nouveaux produits.

Ils m’apprennent qu’Apple l’a encore joué fine avec une sortie échelonnée dans le monde. Chez nos amis belges, la date de sortie officielle n’est pas encore connu et on parlerait d’une sortie pour les fêtes de fin d’année, le temps que tout l’Hexagone s’équipe. Habitués à manier la technologie, je leur demande leur avis sur les nouveaux produits « Ce sont de beaux produits comme d’habitude mais rien de vraiment révolutionnaire. Si les gens ont déjà un iPhone 5 je leur déconseille d’acheter le S, ça ne vaut pas le coup ». Phelippe me confie même être pro-Samsung, « plus agréable, moins de réparations ». « Mais la majorité des gens sont pro-Apple. Acheter un iPhone c’est acheter beaucoup plus qu’un téléphone, alors nous, on s’adapte ».

Dans la fille d’attente, des passionnés mais surtout beaucoup de Roms et de personnes de l’Est. Selon Pelippe et Nathan, « Apple n’avait peut être pas prévu cette conséquence mais c’est un vrai marché noir qui va se mettre en place dès demain, tous les gens qui sont ici vont acheter des téléphones en masse et les revendre au moins trois fois plus chers dans leurs pays d’origine ».

Cela fait six ans que ça dure et ça n’est apparemment pas prêt de se terminer. Steve Jobs n’est plus là mais Apple continue de séduire les jeunes comme les moins jeunes, les riches et les moins riches. Véritable coup de pouce cette année : l’autorisation de s’établir sur le marché chinois avec, un iPhone personnalisé, plein de couleurs, compatible avec le réseau, jusqu’ici fermé, de la Chine. Samsung n’a qu’à bien se tenir. La pomme est venue croquer la part du gâteau dont elle avait été jusqu’ici privée.
Et pour tout Apple addict, revendeurs fallacieux ou simples adeptes de nouvelles technologies, la sortie de l’iPhone 5S ne laissera pas grand monde indifférent. Et si vous n’avez pas le vôtre en main, dépêchez-vous vite.  La journée n’est pas encore terminée, mais la rupture de stock est proche !

Jihed Ben

Articles liés

  • À Paris, la Modest Fashion fait le show et s’engage

    Pour la première fois en France, un événement dédié à la mode pudique a vu le jour. Organisé par l’agence et média Modest Fashion France, l’événement « Modest Fashion Summer Session » s’est déroulé du 7 au 8 mai 2022. Étoffes chatoyantes, clientes enjouées, talks à thèmes et défilés étaient au rendez-vous. Retour sur un événement aussi stylé que politique.

    Par Sylsphée Bertili
    Le 16/05/2022
  • Aux Pavillons-sous-bois, des mois sans anglais ni histoire pour des troisièmes

    Au collège Anatole France, aux Pavillons-sous-Bois, pendant des mois certains élèves de troisième n'ont pas eu de professeur d'histoire-géographie, ni d'anglais. Alors même qu'ils et elles préparent le brevet. Une situation chaotique que beaucoup d'établissements dans le département de Seine-Saint-Denis ne connaissent que trop bien. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 11/05/2022
  • Objections, des poèmes pour raconter les comparutions immédiates

    Le 15 avril est paru Objections, Scènes ordinaires de la justice, un livre de l’historien et poète, Marius Loris Rodionoff. Il y raconte en poèmes les comparutions immédiates auxquelles il a assisté entre 2015 et 2019, dans les Tribunaux de grande instance de Paris, Lille et Alençon. Un livre percutant dont les portraits qui s’enchaînent nous montre la misère sociale et la violence de cette justice ordinaire qui condamne et emprisonne chaque jour. Critique.

    Par Anissa Rami
    Le 10/05/2022