Dans la nuit de vendredi à samedi 28 janvier, Pierre-André Stauffer, le journaliste de L’Hebdo qui venait d’arriver à Bondy pour y tenir le blog, a subi une rupture d’anévrisme. Aussitôt mobilisés, Mohammed Djeroudi et Radouane Berrokia, nos amis de Blanqui, ont alerté le Samu et suivi l’ambulance jusqu’à l’hôpital Bichat à Paris, où il est entré immédiatement en salle d’opération. Le hasard faisant bien les choses, l’infirmière urgentiste ayant reçu l’équipe a immédiatement compris de quoi il s’agissait. Elle était de Bondy et avait reçu quelques temps plus tôt la visite d’un journaliste de l’Hebdo. Pendant ce temps, Radouane et Mohammed allaient chercher à Orly la femme de Pierre-André qui arrivait de Lausanne, puis sa fille à la gare de Lyon. De retour à l’hôpital, un chirurgien a pris Radouane entre quatre yeux et lui a dit: « toi, tu as sauvé une vie ».

Dimanche après midi, Antoine Menusier, un ancien de L’Hebdo aujourd’hui installé à Paris, a rejoint Bondy pour reprendre le blog en attendant, mardi soir 31 janvier, l’arrivée de Titus Plattner. La tenue du blog va donc reprendre son rythme de croisière.

L’Hebdo voudrait exprimer toute sa reconnaissance à Mohammed et à Radouane ainsi qu’aux équipes fantastiques des hôpitaux Jean Verdier de Bondy et Bichat de Paris.

 

Serge Michel

Serge Michel

Articles liés

  • Le blues des petites mains du monde de la nuit

    Après 16 mois de fermeture administrative, les discothèques ont rouvert leurs portes le 9 juillet dernier. Mais alors que l’épidémie repart, l'étau se ressert déjà pour bon nombre de professionnels partagés entre la colère des derniers mois sans activité, et le doute concernant le futur. Nous avons rencontré quelques petites mains du milieu, qui racontent la précarité des derniers mois.

    Par Lucas Dru
    Le 22/07/2021
  • « On avait envie de ramener les vacances en bas de leurs bâtiments »

    Avec la crise sanitaire, pour de nombreux jeunes des quartiers populaires, l’été se passe souvent à la maison. Pour faire face à un été compliqué, des associations proposent (heureusement) des alternatives pour les plus jeunes. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 16/07/2021
  • Le fast food social de l’Après M, 13 organisé à Marseille

    Dans les quartiers Nord marseillais, l’Après-M est en pleine phase de transition : de la débrouille à la structuration, mais toujours dans une quête d'indépendance. En pleine discussion avec la mairie phocéenne qui a annoncé son rachat, le 9 juillet prochain l’Après-M connaîtra la nature de sa propriété et de ses propriétaires. En attendant, l’auto-organisation locale reste toujours la marque de fabrique de la structure qui continue de fournir de l’aide alimentaire. Reportage.

    Par Amina Lahmar
    Le 08/07/2021