Il est 15 heures passées. En face du tabac-presse du Dragon, se trouve une pharmacie où deux employés rangent les produits dernièrement arrivés. Il n’y a pas de client, un écriteau signale que la pharmacie sera fermée quelque temps. Un homme entre par l’arrière-boutique. Vêtu simplement, d’une chemise à carreaux, il se présente. « Bonjour mademoiselle, Elie Semhoun que désirez-vous ? » Mon visage affiche une grande surprise. Le pharmacien s’en amuse : « Ça vous en bouche coin, hein ! » Tout content de son effet, il marche fièrement comme un enfant qui dirait : « Je t’ai eue, patacruu. »

Elie Semoun l’acteur, qui a ôté le « H » de son nom de famille, n’est pas que son homonyme. C’est aussi son cousin, un cousin germain, affirme le pharmacien. Voici le pourquoi du comment : « Mon grand-père, c’est son grand-père, ma grand-mère c’est sa grand-mère et mon père est son oncle. » Rien que ça.

Elie le pharmacien a 62 ans. Il travaille à la pharmacie des Pyramides depuis 1976. Il se montre plutôt discret, ne souhaite pas étaler sa vie, préfère jouer aux questions-réponses. Alors il parle du calme de la pharmacie et des rencontres sympathiques avec les clients. Après qu’il eut terminé ses études et son service militaire, on lui a propose de s’installer ici. Il ne s’est pas posé de questions, il a accepté.

« Les Pyramides, dit-il, c’est un p’tit quartier sympa, les gens se connaissent et s’apprécient, pas de problèmes d’incivilités. Non, moi, je trouve que c’est agréable d’y vivre. » Raison pour laquelle il y a habité pendant 20 ans avant de déménager. Ses enfants ont grandi et ont eu besoin de se rapprocher de Paris pour les études. L’un d’eux est biologiste, un autre conducteur de travaux.

Elie le pharmacien réside ailleurs qu’aux Pyras, mais c’est aux Pyras qu’il travaille. La convivialité, les fêtes, le voisinage, voilà ce qu’il retient de cette cité. Un dernier mot ? « Le sport nous a réunis ainsi que les concours de pétanque. » Il sourit, puis reprend : « Ce qui a changé c’est la paupérisation du quartier et c’est dommage… »

Silvia Sélima Angenor

Précédents articles de la série :
Hamid-B-croit-en-acn-qui-le-fera-repartir-dans-la-vie
Mais-t-es-le-copain-a-mon-grand-frere-je-te-connais
Garcons-rappeurs-et-danseuse-orientale-a-la-fete-du-quartier
Cité-fantôme
Pyracrimes-da-north-gang : lexique-des-pyramides

Silvia Sélima Angenor

Articles liés

  • Ici ou là-bas, des lignes meurtrières et des exilés toujours plus stigmatisés

    Alors que les responsables politiques français se font remarquer par un mutisme complice face aux dernières tragédies des exilés, Barbara Allix a décidé de parler de ceux qui se battent pour ces oubliés. Juriste, spécialiste du droit des étrangers, elle est installée à Briançon (Hautes-Alpes) où chaque jour de nombreux exilés traversent la frontière italienne dans les pires conditions. Elle raconte l’envers du décors de cet engagement pour l’humanité. Billet.

    Par Barbara Allix
    Le 30/11/2021
  • Guadeloupe : « On est obligé d’arriver à des extrêmes dramatiques »

    Depuis la mi-novembre, la Guadeloupe est traversée par un mouvement social profond, allumé par une grève des pompiers et soignants face à l'obligation vaccinale de ces derniers. Un mouvement de grève générale qui s'est suivi par des révoltes urbaines, et qui illustre un malaise profond de la société guadeloupéenne et de sa jeunesse face à l'État français. Témoignages.

    Par Fanny Chollet
    Le 26/11/2021
  • Exilés : « La France et l’U.E vous ont laissés vous noyer »

    27 exilés ont perdu la vie le 24 novembre dernier, alors qu'ils tentaient de traverser la Manche, pour rejoindre le Royaume-Uni depuis Calais. Une nouvelle hécatombe, qui devraient mettre la France et l'Union Européenne face à leurs responsabilités. C'est l’électrochoc que voudrait voir Félix Mubenga, devasté et en colère devant des drames qui se répètent. Comme nous tous. Edito.

    Par Félix Mubenga
    Le 25/11/2021